AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Emerson H. Grit
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 26
Autre(s) identité(s) : /

Pouvoirs : Acier Organique, Force, Endurance, Resistance physique et thermique

Age du perso : 22 ans
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Mar 7 Juin 2011 - 18:40

    Un chat sauvage sous
    Une ombrelle

    J’avais craqué. Complètement craqué. Pour une paire de Rollers. Moi qui n’en avais jamais fait de ma vie, moi qui avais toujours rêvé de savoir en faire. Alors je m’étais achetée une paire de rollers et j’avais pris mon courage à deux mains : Central Park était le lieu idéal pour m’exercer, et m’améliorer. Des débuts difficiles, mais l’envie de réussir…

    « Bon, c’est parti… »

    Je m’élançai en hâte, prenant appuie. A plusieurs reprises, l’un de mes pieds partait plus vite que l’autre, manquant de me faire tomber. Le terrain était plat et ne posait aucun problème pour l’instant, mais il fallait avouer que dans ma position (c’est-à-dire les pieds en biais, les genoux pliés, les fesses bombées pour trouver un équilibre précaire) me tournait parfaitement en ridicule. Les gens qui passaient à côté souriaient, d’autres riaient, d’autres encore se demandaient si j’arriverais au bout de mon parcours.
    Un pied, puis l’autre, au plus, pour accélérer ne serait-ce qu’un peu. Un vent arrière violent m’embarqua, me faisant franchir un pic, un petit dos d’âne. Mais c’était sans me rappeler qu’après la montée, il y avait la descente, et les choses s’avéraient beaucoup plus compliquées cette fois ci. Lorsque je franchis le cap de la montée, une pente m’apparut. Incroyable, énorme, longue, sinueuse et dangereuse (pour une débutante en tout cas). Je tentai de m’arrêter pour ne pas passer la descente, mais emporter dans mon élan, rien n’y faisait…
    Ce fut le drame… L’engrenage diabolique était en marche : ma vitesse s’accéléra malgré moi, malgré tous les efforts mis en œuvre pour m’arrêter. Des hurlements stridents m’échappaient, et la route droite m’empêchait de foncer dans l’herbe (je ne savais pas tourner). Les passants s’écartaient sur mon passage, me regardant ahuris : une grande blonde sur des rollers qui ne savait pas en faire, une grande blonde qui hurlait aux gens de « se pousser ». Je manquai de happer une petite fille sur mon passage, et par un miracle de la nature, je l’évitai de justesse…

    Sur mon chemin se profiler un petit lac, connu dans le parc de Central Park. Au moins, c’était l’endroit idéal pour terminer mon trajet : je serais sans doute mouiller, mais en vie. Je craignais surtout que mon pouvoir de mutante prenne le dessus pour cette fois, car je perdais tous mes moyens… mais le pire n’était pas encore arrivé, loin de là…

    « POUSSEZ-VOUS !! »

    Devant mes yeux et sur ma route venait d’apparaitre un jeune garçon en roller, blond, grand, élancé, qui me semblait chétif. Mais lui non plus ne semblait à l’aise sur ses engins, et malgré tous mes efforts pour ne pas me le prendre de plein fouet, l’inévitable arriva. Nonobstant toute ma grâce et ma prestance, je ne pus retenir un cri primaire mais humain…

    « HUWAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

    Bing ! Clang ! Crac ! Plouf !

    C’est peut-être ce qui résume le mieux la suite de l’histoire. En plus détailler : je me pris le jeune homme de plein milieu, l’embarquant dans ma descente infernale, l’entrainant dans ma baignade improvisé. Ensuite, je tombai la tête la première dans la flotte, toujours fermement agrippée aux épaules de mon compagnon de route, qui n’avait pu se défaire de mon emprise (ferme disons, dû à un instinct de survie, il me semble…). La tête sous l’eau, complètement immergée, j’en sortis au bout de quelques secondes, me relevant toujours sur mes rollers dans l’eau. Il ne m’en fallut pas plus, à peine sur mes pieds, pour me casser la figure de nouveau. Tombant sur les fesses, je pris pourtant le temps de me soucier de mon coéquipier d’infortune que j’avais entrainé dans ces eaux. Comment s’en était-il sorti, de son côté ? Mieux que moi j’espérai…

    « Je suis vraiment désolée ! Est-ce que ça va ?... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Mar 7 Juin 2011 - 19:48

En ce levant, Dylan remarqua qu'il n'était pas seul, une jeune femme était a ses cotés. Une gueule de bois affreuse lui donnait des coups de marteau dans le crane. Observant la jeune femme en tentant de ce rapeller de son nom en vain, elle était brune, assez jolie mince et surtout nu dans les beau draps en satin de Dylan. Sans foi ni lois il repoussa les draps et lui dit :

"Allez on dégage !"

Dylan n'était pas très calin et surtout enchainait les coups d'un soir, la richesse du jeune homme lui permettait plein d'avantage comme celui de se taper toute les bimbos avide de fric qui sillonait les rues de New-York. Hier soir avait du être une soirée assez mouvementer tout compte fait. Il s'assis au bord du lit et ce frotta le visage, il fonca droit vers le frigo et sortit deux cuillère en métal qu'il ce posa sur les yeux, puis fonca dans la douche, bientot rejoins par la jeune femme qui n'avais même pas prit la peine de ce s'habiller. Il l'observa a travers la vitre.

"Je t'ai appeller un taxi ! Il est en bas de la porte !"

La jeune femme parut vexer, elle s'habilla en vitesse et fila hors du loft. La douche de Dylan dura pret d'une heure, l'air était irrespirable tellement il y avait de vapeur. C'est le moment ou Dylan choisit de mettre fin a son comatage aquatique. Il sortit ce rinca et fit sa toilette. Puis observa l'état de l'appartement. C'était un carnage, il y avait des meubles dans tout les sens le canapé renversé sur le coté les chaise empiller d'ou pendant une misérable écharpe appartement surment a la jeune femme qui avait du l'oublier. Dylan souffla, de toute facon sa femme de ménage n'allais pas tarder a arriver. Il ce fit un petit café et s'habilla a son tour. C'est en cherchant dans son dressing qu'il trouva une paire de roller qu'il s'était acheter mais qu'il n'avais jamais vraiment tester. Remetant toujours a plus tard le jour fatal ou il les essayerait. N'ayant rien a faire de la journée et surtout il faisait beau ! Il prit la paire de rollers et les mis dans un sac a dos. Puis sortit de chez lui sans même prendre la peine de boire son café. Il sortit et s'alluma une cigarette. Puis ce mis a marcher en direction du parc de New-york, le célébre et très réputer "Central Park".

Durant le trajet il essaya en vain de ce souvenir de sa soirée de la veille. Il savait qu'il avait été dans une boite mais plus de souvenir après. Tant pis ! Tant qu'il n'avais pas fait de bétise avec ces pouvoirs, c'était le principal. Il arriva bientot a l'entrée du grand parc, un grand portail en fer forger ouvrait l'accès au plus grand parc jamais connue a l'intérieur d'une grande ville. Il ce déchaussa et s'arma de roller. Ses premiers roulement furent difficiles. Par habitude il ce mit a marcher et ne tarda pas a finir le cul par terre, en riant. Au bout d'une heure il commencait a réussir a rouler, a vitesse réduite certe mais il avancait sans tomber. Luttant contre l'apesanteur il conservait son équilibre au mieux qu'il pouvait quelques fois dans des positions a la limite du ridicule.

Il arriva enfin au centre du parc symboliser par un petit lac. Décidant de faire une pause, il appercut des banc un peu plus loin, malheureusement pour lui il ne peut pas les rejoindres. Tout ce passa en une fraction de minute, il entendit des hurlements de femme a sa gauche, et vu une jeune blonde bouger les bras dans tout les sens, descendre une pente a toute vitesse. Les yeux équarquiller elle faisai assez peur pour que les personnes ayant le controle total de leurs membres puis ce se pousser. Sauf une petite fille, celle ci resta figer au millieu pétrifier par la peur. Dylan n'écouta que son instint et tendit la main. Un petit fils de sable en sortit qui alla s'agripper a la hanche de la gamine. Usant de son pouvoir, le sable dévia l'enfant assez fort pour qu'elle n'évite l'hystérique. Malheureusement pour Dylan, il n'avais pas le temps de ce pousser lui même trop concentré pour dispercer le sable pour que personne ne voit l'action d'un mutant. Il ce prit la jeune femme de plein fouet lui causant une affreuse douleurs.

Entrainer dans sa chute, Dylan suivit la jeune femme dans le lac. La douleurs activa tout de suite son deuxieme pouvoirs. Au contact de l'eau froide le corp de Dylan devins un sable dorée qui coula dans l'eau lentement. Quelques secondes plus tards Dylan reprit son apparence normal. Manquant d'air il ce redressa dans l'eau et grace a un appuie de ses jambes remonta a la surface en un seul bond. Pitiez que personne n'ai vu sa transformation. Il n'avais plus ses rollers rester au fond de l'eau. Usant a nouveau de son pouvoir il fit grimper les rollers pour qu'il arrive au niveau de ses mains. Il les prits et nagea jusqu'à le rebord ou la jeune femme trempé l'attendait. Il sourit.


"Heureusement je n'ai rien de casser! Et vous ? "

Il sortit de l'eau, et commenca a se séché les cheveux avec la main. Heureusement ils étaient face au soleil, ils secheraient vite! Mais malheureusement le vent était present, leurs gelant les membres et leurs donnant des frissons jusqu'aux os. Dylan ce leva pied nu et tendit la main a la jeune femme.

"Je m'apelle Dylan Cameron! Que diriez vous d'aller prendre un café le temp que nos habits sèche ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Emerson H. Grit
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 26
Autre(s) identité(s) : /

Pouvoirs : Acier Organique, Force, Endurance, Resistance physique et thermique

Age du perso : 22 ans
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Jeu 9 Juin 2011 - 17:17

    « Et bien… »

    Je regardai autour de moi pour voir s’il ne me manquait rien : mes deux jambes étaient en place, mes bras aussi, et mise à part cette chute sur les fesses, il me semblait être entière. C’est alors que je remarquai qu’il avait ses rollers à la main : étonnant qu’il prenne la peine de les retirer alors qu’il était plus important de revenir sur la rive dans son cas. Me voilà tombée en face d’un étrange spécimen ! Il me regardait franchement, l’air frigorifié par le vent et l’eau qui collaient ses vêtements à sa peau. Moi, ça ne me faisait absolument rien. J’attrapai sa main tandis qu’il se présentait. Dylan Cameron, un joyeux luron pressé de se restaurer en ma compagnie. En voilà un qui ne perdait pas le nord. Haussant les épaules en réaction, je lui dis simplement :

    « J’en serais ravie, si vous connaissez un restaurant apte de nous accueillir dans notre état, je vous suis volontiers ! »

    Et c’était peu dire, notre état se rapprochait du catastrophique : nous dégoulinions tous les deux, et lorsque je passai ma main dans mes cheveux pour les essorer, j’en ressortie une algue qui trônait fièrement. Avec ma tignasse, je craignais de devoir en retrouver d’autres à l’intérieur dans l’heure qui suivait. Mes vêtements me moulaient le corps d’une façon désagréable, que je trouvais humiliante et gênante, et fort heureusement, j’avais prévu la chose en enfilant deux T-shirt ce matin. Avec l’aide de Dylan, mon nouveau collègue d’embrouille, je sortis de l’eau, Rollers toujours au pied, non sans difficultés.

    « Merci beaucoup et encore désolée… »

    Je lui lançai un regard confus, particulièrement désolée de l’avoir entrainé dans cette galère, bien malgré moi. Mais les excuses passées, je retrouvai mon aplomb et ma dignité, droite comme un piquet en marchant sur la terre ferme. Je tirai Dylan jusqu’à un café que j’avais repéré un peu plus tôt près du lac, une sorte de maison sur pilotis d’un blanc immaculé, ouverte sur une terrasse sur le lac, particulièrement apprécié pour la réception et les plats qu’on y cuisinaient. Leurs spécialités selon « le New York Times » ? Les desserts au chocolat. De quoi me plaire. Rassurant mon acolyte, je lui dis alors :

    « Allons dans celui-là, là-bas !… Ils doivent avoir l’habitude de recevoir des cas désespérés comme nous… »

    Tenant fermement le bras de Dylan, le tirant jusqu’à l’endroit en me tenant à lui pour ne pas tomber surtout, il devait certainement penser que j’étais une fille bien bizarre qui se remettait très facilement. Lorsque nous rentrâmes dans la bâtisse fraichement repeinte, un homme vint nous accueillir. Il ne nous remarqua pas d’un prime à bord et enchaina la conversation :

    « Bien-… venue à vous… Veillez me suivre, j’ai la place idéale pour vous. »

    Il ne semblait même pas choqué parce qu’il voyait, preuve que c’était chose courante dans son petit café-restaurant au bord du lac. Combien de gens devaient tomber dedans par jour ? Des dizaines ! Et c’était peu dire. Nous venions d’ailleurs, Dylan et moi-même, de faire partie de cette minorité ! Il nous mena jusqu’à une table sur la terrasse : face au lac de Central Park, elle offrait un paysage remarquable et admirable, ou nous pouvions voir les cygnes sur les eaux, les arbres dansaient au gré de l’air… Un vrai régal pour le regard.

    « Ici, vous êtes en plein soleil et la structure du bâtiment vous abrite du vent. Je passerais prendre votre commande dans quelques instants. »

    Il tourna les talons après nous avoir déposé les cartes des boissons.

    « Tu vois, je te l’avais dit ! Lâchai-je en m’emparant de l’une des cartes, fière de moi. »

    Marquant une pause et jetant un coup d’œil par-dessus ma carte, je lançai un regard malicieux à mon voisin :

    « Tu me permets de te tutoyer, n’est-ce pas ? Permet- moi de te poser quelques questions : Ton âge ? Ta taille ? Ton poids ? Tes passions et tes gouts en matière de desserts ? »

    Posant la carte avec un sourire qui se voulait rassurant et sympathique, je lui dis d’une voix amusée :

    « Ce Banana Split me fait de l’œil et je le partagerai bien avec toi pour me faire pardonner. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Jeu 30 Juin 2011 - 17:35

Alors qu'il marchait d'un pas préssé le jeune homme toujours pied nu ce fit légèrement bruler les pieds par le goudrons chauffer par le soleil. Le vent ne lui donnait pas plus de sensation agreable car celui ci au contact de l'eau faisait une jolie morsure frigorifique sur la peau du jeune homme. Pourtant Dylan ne s'en plaint pas, observant la jeune femme fasciner, sans un mot il marchèrent jusqu'à un restaurant. Dylan ne pouvait s'empecher d'observer les cheveux blond de la jeune femme qui lui collait autour de son cou qui avait l'air aussi doux que de la soie. Il sourit en voyant le serveur les placer a une table propre a leurs situation. Toujours trempé ils s'assirent et Dylan dit discrètement un merci au serveur ensuite il ce mit a contempler la carte avant que la jeune fille ne pose enfin les premières question. Ce perdant dans ses yeux le jeune homme ne peu que rire avant de répondre.

"Si je peut aussi te tutoyer il n'y a pas de problème ! Alors... J'ai 18 ans, je mesure un mètre 70, et je doit peser dans les 60 kilos ! Et au niveau des déssert, disont que tant qu'il y a du chocolat dedans je suis preneur."

Tout en contemplant la carte il fini par choisir comme toujours l'un des plus chère, le gateau caramel chocolat sur son lit de coulis de framboise! Il en bavait rien qu'en lisant la carte. La jeune femme elle choisit un bananas split. Proposant au jeune homme de le partager pour se faire pardonner. Dylan accepta le compromit tout en proposant de faire de même !
Le serveur ne tarda pas a revenir, avec son petit calpins ou il notait les comandes. Le jeune homme prit alors la parole.

"Alors sa ferra un bananas Split pour la jeune demoiselle, et Un de vos Gateau caramel chocolat ! Suplément chantilly pour les deux s'il vous plait! "

-Et en boisson ?

-Un coca pour moi ! Et pour toi ?!"

Une fois la commande faite le serveur ce retira en vitesse laissant les deux jeunes gens ensemble. Avec un sourire charmeur Dylan continua la conversation.

"Malheureusement je ne peut pas te retourner tes questions car tout celle que tu m'a poser ne peuvent pas être demander a une femme, Mais je peut toujours te demander ton déssert préféré! Et surtout depuis combien de temps tu pratique le roller ! Car a ce que j'ai vu, tu a l'air aussi doué que moi !"

Il ne voulait pas la vexer mais il fallait avouer que pour la première impression la voir en panique les cheveux au vent descendre une pente en bougeant les bras dans tout les sens, sa n'est pas vraiment la vision parfaite pour rencontré une fille.
Revenir en haut Aller en bas
Emerson H. Grit
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 26
Autre(s) identité(s) : /

Pouvoirs : Acier Organique, Force, Endurance, Resistance physique et thermique

Age du perso : 22 ans
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Ven 1 Juil 2011 - 19:57

    Welcome Home,
    Son’.

    Nous étions installés a notre table de café, à l’abri du vent et sur le point de sécher. Si l’expérience des rollers avait été une très mauvaise idée, je ne pouvais qu’avouer que la situation actuelle était plutôt agréable. Finalement, c’était un mal pour un bien, parce que j’étais vraiment bien installée, à l’aise, détendue, malgré ces vêtements qui collaient à ma peau et mes cheveux qui gouttaient encore sur mes épaules. Ça séchera, et de ce fait, tout ira pour le mieux, dans le meilleur des mondes.
    Le garçon se prit à mon jeu, répondant à mes questions, accompagnant sa voix d’une rire franc. Ses cheveux, à peine long, lui tombaient devant les yeux, mais ne cachaient en rien son regard pétillant. Il avait dix-huit ans, mesurant un mètre soixante-dix et ne pesait pas plus de soixante kilos. Ça correspondait : il n’était pas particulièrement grand, ni gros, et son air juvénile allait parfaitement à l’âge qu’il me déclarait. Il mit en avant son gout pour le chocolat, ce qui me fit sourire. Qui n’aimait pas le chocolat ?
    Le serveur revint très rapidement, un bloc-notes entre les mains pour prendre notre commande. Le garçon s’en chargea pour moi, demandant mon banana split et un gâteau caramel chocolat, avec un supplément chantilly pour les deux. Miam, de la chantilly ! Il marquait un point : ne jamais oublier la chantilly dans un dessert ! Le serveur, plutôt grand et brun, nous questionna à propos des boissons. Mon compère de mésaventures commanda un coca, je demandai la même chose d’un signe.

    Le jeune garçon continua à parler, soulignant qu’il ne retournerait pas les questions que j’avais posé à cause des règles de bienséance et du respect qu’il avait pour la courtoisie, excepté pour mon dessert préféré et ma pratique du rollers. Souriant à sa remarque et à sa petite moquerie, je relevai mes cheveux en les attachant avec un élastique que j’avais au poignet…

    « Je fais 53 kilos, 1m60, et j’ai 22 ans ! Je n’ai pas de complexes sur ça, mais c’est très bien de ta part de ne pas retourner ces questions… ! J’imagine que tu as eu soit une éducation très poussé, soit de très mauvaises expériences ! »

    Je lui dis avec une risette amusée, chose rare venant de moi. Aujourd’hui était une trop belle journée pour se priver de sourire, pensais-je simplement. Je repris alors :

    « Pour le reste, moi et les rollers, ça ne fait que… 20 minutes à peu près… Un exploit pour quelqu’un qui tient à peine debout, tu ne trouves pas ? dis-je pour rire. Mais je ne pensais pas percuter quelqu’un qui prend aussi bien les choses ! »

    Pour moi, j’avais un bol incroyable d’être tombé (au sens propre du terme comme au figuré) sur lui, parce qu’il avait l’air bien luné, et sympathique de surcroit. Un autre à sa place m’aurait certainement fait une tête au carré (ou du moins, aurait tenté de le faire). Je m’estimai donc largement chanceuse, au vu surtout du banana split qui arrivait sous mes yeux, fraichement amené par le serveur brun de tantôt. Lui eut son gâteau au chocolat-caramel, couronné de chantilly à volonté !

    « Au fait, je m’appelle Emerson… Mais Emy, c'est plus court. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Dim 3 Juil 2011 - 17:41

Malgrer la question silencieuse de Dylan, Emerson répondit quand même! Ses proportion était tout a fait parfaite. Dylan avait marqué un point en ne retournant pas la question et il s'en félicita interieurement. Au déplaisir de Dylan qui fantasmai sur les cheveux de la demoiselle, celle-ci les attacha. Elle était toujours aussi belle. Son visage dégager par tout ses cheveux en moins l'illuminait. Le soleil qui colorait sa peau d'une légère teinte jaunatre était magnifique. N'importe qui tomberait raid dingue de cette magnifique image. Dylan enregistra l'image mentalement ce promettant de ne jamais l'oublier. Derrière Emerson le lac sintillait et plusieurs cygnes flottait tranquillement en compagnie de leurs bébé qui ce disputait dans l'eau. Tout était si paisible, tout était magique. Aucune photo ou aucun tableau ne pouvait être plus beau au yeux de Dylan. Si seulement elle n'était pas une anti-mutant, sa serait l'idéal. Mais Dylan ne pouvait pas ce permettre de gacher un si beau moment en montrant qu'il était un mutant. Il attendit donc que le serveur pause son assiette devant lui.

"C'est une bonne éducation ! Et puis personne ne peut résister a mon charme !
" dit t'il en rigolant.

Elle lui anonca après qu'elle venait de commencer le roller, exactement pareil que Dylan quelques minutes avant. Sauf que a ce qu'il avait vu il ce débrouillait bien mieu qu'elle. Heureusement qu'elle ne s'attendait pas a rentrer dans quelqu'un. Peut être était ce volontaire, ayant vu le charme du jeune homme elle avais décidé de prendre la grande descente a ses risques et péril, et avait faillit tuer une petite fille rien que pour pouvoir discuter avec ce charmant jeune homme. Non c'était tout simplement impossible, pas que Dylan ne sois pas juste magnifique mais surtout elle n'aurait pas risquer sa vie pour parler a un jeune homme.

"Moi aussi je viens de commencer, pourtant je ne me suis pas risquer a une descente comme la tienne ! Tu as eu de la chance de ne pas de faire mal ! "

Dylan prit sa cuillère a pleine mains et coupa un morceau de gateau au chocolat puis l'enfouit dans sa bouche au plus grand plaisir de ses papilles. La génoise était légère, et l'arrière gout de caramel mouelleux aurait pu faire arreter une guerre. Le mélange de saveur dans la bouche du jeune homme ajouta un peu plus de perfection au moment présent. Finissant sa boucher il prit une petite gorgée de soda.

"Enchanté Emy !"


C'est alors qu'un mouvement a sa l'entrée de la terrasse attira son oeil, suivit de cri d'une cliente affolé. Un petit rat tout mouiller courrait en direction de la table des jeunes gens. Son pelage d'habitude argenter était avec le reflet du soleil légèrement blanc. Le rat choisit le moment idéal et bondit dans les bras de son maitre, il était encore plus trempé que lui et frissonna en ce frottant au torse de son maitre. Dylan approcha son visage de sa petite bestiole.

"Je t'ai completement oublier Raton ! Heureusement que tu sais nager! Pour me faire pardonner je te donne un petit morceaux de gateau."


Comme comprenant son maitre, le petit rat tendit le museau vers la table, Dylan coupa un petit morceaux de gateau et le prit avec les doigts pour le tendre au rat. Celui ci le sentit prudament, et le dévora en quelques secondes couinant de plaisir.

"Emy je te présente... mon fidèle amis de toujours! Mon petit rat qui n'a pas de nom ! Mais tu peut l'apeller Raton il aime bien !"

Le petit rat agrippa ses griffes au t shirt de son maitre et grimpa sur son épaule. Il observa la jeune femme des yeux et baissa la tête comme pour la saluer.

"Je n'ai jamais comprit pourquoi mais il me comprend totalement et il ce comporte comme un humain !"ajouta t'il en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Emerson H. Grit
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 26
Autre(s) identité(s) : /

Pouvoirs : Acier Organique, Force, Endurance, Resistance physique et thermique

Age du perso : 22 ans
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Lun 4 Juil 2011 - 12:15

    Dylan tenta l’humour, répondant à ma première interrogation : il avait reçu une éducation très stricte de la part de ses ainés, et savait donc sur le bout des doigts les questions à ne pas retourner aux femmes, dans le cadre d’une rencontre. C’était là les règles de bienséances, règles que je ne comprenais pas toujours… Pourquoi une femme devait s’effarouché quand on lui demandait son âge ? Qu’est-ce que ça avait de si choquant ? On avait l’âge que l’on avait, et qu’est-ce que cela pouvait bien changer ?
    Pour moi, tout ça était dépassé. Parce que j’étais du genre marginale, à me savoir en dehors de toutes ces limites fixées par des hommes qui se disaient « Gentleman ». Ceux pourquoi je lui dis ma taille, mon âge et mon poids sans sourciller, me défiant de son éducation. Il avait l’air d’en être plutôt content, appréciant ma disposition à lui offrir toutes ces informations que d’autres auraient jalousement gardé. Lorsque le Banana Split arriva, je m’empressai d’en prendre une bouchée : le chocolat avait le don de réchauffé les corps les plus froids, et surtout, à animer les papilles.
    J’adorai ça. Si ça n’avait tenu qu’à moi, j’en aurais mangé toute la journée ! La banane se mariait parfaitement à la chaleur du chocolat, et cette dernière fondait en bouche que s’en était quasiment l’extase. Le soleil me réchauffait un peu. Je retirai de nouveau de mes cheveux une algue cachée qui s’était mêlée à eux. La conversation porta alors sur mes capacités en roller, Dylan souligna que j’avais eu de la chance de m’en tirer si bien, et il n’avait pas tort. Je me sentais un peu piteuse de me faire reprendre comme ça…

    « Tu as raison, je n’ai pas été très prudente… à te dire la vérité, je ne m’étais pas attendue à ça, j’ai été prise dans un engrenage diabolique… »

    A mes mots, on avait plus l’impression que je dénonçai un complot qui visait à me supprimer à l’aide de ces engins chaotiques (les rollers !). Il n’en était, heureusement, rien. J’étais juste une empotée incapable de tenir sur ces outils roulants, malgré toute ma bonne volonté à vouloir réussir cet exploit. La classe, on l’avait, ou on ne l’avait pas. Et dans mon cas, je ne l’avais pas sur des rollers. Pour la suite de sa déclaration, sur le fait que j’aurais pu me faire très mal, je me contentai de cacher un petit sourire malicieux : me faire mal ? Improbable aujourd’hui, voire impossible. Au moins coup que je recevais, mon armure d’acier me protégeait. Je n’avais donc pas de soucis à me faire…

    Et puis, la conversation prit un tout autre tournant. Dans le hall d’entrée, un hurlement strident attira notre attention. Ni une ni deux, je me levais d’un bond pour voir ce qu’il se passait : un rongeur gris traversait la pièce et se précipita sur Dylan pour s’y blottir, se tortillant dans tous les sens pour se sécher contre le torse chaud du jeune garçon. Je le regardai, un peu surprise et limite apeuré… Les rats, ça n’étaient pas mon fort. J’avais toujours eu du mal avec ce qui était petit… Enfin, tant que ce n’était pas un scarabée ou un hanneton qu’il tenait comme animal de compagnie, ça ne me dérangeait pas…
    J’avais toujours eu une sainte horreur des insectes. Ne m’en demandez pas la raison, je n’en sais rien moi-même. Une chose était sûre : qu’ils soient rampants, grouillants, volants, je ne les supportais pas et partais généralement dans des crises d’hystéries digne d’une folle furieuse. Enfin, Dylan me présenta à son ami de toujours, Raton, en lui donnant un morceau de gâteau pour se faire pardonner de l’avoir oublié… Un animal comme ça sur moi, j’aurais eu du mal à l’oublier personnellement…
    Mais plus surprenant, le rat monta sur l’épaule de Dylan et fit un mouvement de tête, que je pris comme une salutation. J’écarquillai les yeux, complètement surprise et prise au dépourvu parce que je voyais devant moi. C’était étrange et intéressant à la fois : je n’avais jamais vu un animal domestiqué à ce point. Je fis un signe de main à Raton, pour lui dire bonjour aussi, et finis par me rendre compte que dire bonjour à un animal, c’était complètement stupide…

    « Ça fait combien de temps que… vous êtes ensemble ? Dis-je en cherchant mes mots pour que ça ne paraisse pas trop absurde. »

    Enfin, c’était loin d’être concluant, parce que dans ma déclaration, on avait plus l’impression que je leurs demandai depuis combien de temps ils sortaient ensemble tous les deux. Je me réinstallai sur ma chaise suite à cela… Je rougis et me renfrognai un peu, reprenant la parole vivement pour me justifier :

    « Je suis désolée Dylan… Mais je ne raffole pas des rongeurs, alors si j’ai l’air un peu tendu… c’est normal. »

    Prenant une grande bouffée d’air, me callant mieux sur ma chaise et prenant une autre bouchée de mon dessert, je déglutis et dis :

    « Enfin… Changeons de sujet ! Tu fais quoi dans la vie ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Sam 9 Juil 2011 - 13:00

[i]Dylan ne peu s'empecher d'exploser de rire lorsque la jeune femme posa sa question sur le "couple" de Dylan et de son rat. Une fois sa crise de rire passé Dylan peu finalement répondre.

"Depuis que ma mère adoptive est morte, elle m'avais offert ce petit rat sa fait a peine un an qu'il m'accompagne. Mais je ne comprend toujours pas comment il a pu faire pour copier et comprendre a ce point la les humains. Il doit être la réincarnation d'un humain je ne sais pas !"

De plus la couleurs de son pelage n'était pas tout a fait conventionelle les rats gris existait bien sur c'etait même plutot banal mais lui il avait des reflets argenté. Peut être était ce un rat Mutant. Rien que de penser a sa sa fit rire Dylan intérieurement. Après une petite bouché la jeune femme dit a Dylan qu'elle n'était pas vraiment super a l'aise avec les rongeurs. Le raton comprit tout de suite qu'il était en trop. Il bondit par terre et fonca droit ce baigner dans le lac, passant sous la rembarde en bois, il bondit les quatres pattes en l'air avant de faire un magnifique plongeons dans le lac, le petit rat ce mis alors a nager frénétiquement en direction d'un cygne qui s'envola a son plus grand plaisir. Il s'amusa donc un bon moment a chasser les cygnes avant de ce fatiguer ce mettre a tourner en rond pour trouver un endroit ou ce poser. L'observant de loin Dylan usa de son pouvoirs a distance il fit remonter le sable du fond du lac pour qu'un petit ilot pas plus grand que le rat face surface. Il s'allongea sur le petit ilot et tomba a la renverse. Il ce laissa sécher au soleil endormit.

"Voila pour toi ! Il est partit, et il a l'air de bien s'amuser"

Encore une petite gorgée de coca a la paille, et Dylan posa un sourire que faisait t'il dans la vie... Appart le fait de n'avoir jamais travailler et avoir assez d'argent pour ne jamais travailler de toute sa misérable existance.

"En réalité c'est assez compliquer, j'ai hériter de ma mère adoptive une certaine sommes d'argent. Et je veut l'utiliser afin de monter un centre pour les jeunes mutants abandonner par leurs parents ! Je ne veut pas faire comme Charles Xavier, je veut qu'il ai un toit car vivre dans la rue par expérience ce n'est vraiment pas génial. Je veut qu'il ai un abris pour plus tards prendre leurs choix et faire ce qu'il veulent. Que pense tu de cette idée ?!"

Dylan attendit sa réponse avant de lui demander a son tour: "Et toi que fait tu dans ta vie appart essayer tout ce que tu n'a jamais fait comme le rollers ?"
Revenir en haut Aller en bas
Emerson H. Grit
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 26
Autre(s) identité(s) : /

Pouvoirs : Acier Organique, Force, Endurance, Resistance physique et thermique

Age du perso : 22 ans
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   Mer 13 Juil 2011 - 10:39

    L’animal de Dylan parti, de nouveau en tête à tête, je lui posais une question ayant un rapport avec l’emploi qu’il exerçait. Rien de spécialement personnelle en soi, puisque c’était une interrogation légitime. Je l’imaginai étudiant, avec un petit job à côté pour pouvoir se faire de l’argent, rien d’incompatible avec son âge. Ça me semblait même logique qu’il en soit ainsi, mais sa réponse fut tout autre. Il m’expliqua alors qu’il avait hérité d’une grosse somme d’argent et qu’il souhaitait en faire bon usage, dans un élan de générosité envers l’humanité et surtout les mutants.
    Son but, particulièrement sympathique pour son jeune âge, était de créer un toit pour ces Homo Superior laissaient à l’abandon dans la rue, qui n’avait ni toits ni murs pour se protéger. Dylan témoigna de son expérience en tant que sans abri, disant que ce n’était pas génial, en somme, et qu’il faisait ça non pas pour copier l’idéologie du professeur Xavier, renommé pour son école de surdoués et son engagement auprès de la cause mutante, mais d’offrir un logis provisoirement à ceux qui ne savaient plus où aller, le temps qu’ils trouvent une solution à leur problème.
    Je fixai Dylan, alors qu’il venait de me demander ce que je pensais de son idée. J’eus un petit sourire, cherchant dans ma tête une réponse. C’était agréable de savoir qu’une personne pouvait être aussi engagée envers les autres, avec la volonté de bien faire et d’aider son prochain. J’esquissai une réponse hésitante, je ne savais pas par ou commencé. Son idée était attrayante et sympathique, mais le temps qu’elle prenne forme, qu’elle se construise et qu’elle se répande autour aller mettre énormément de temps. Et puis, farouchement, peut-être que les mutants n’allaient pas se laisser aider comme ça…

    « C’est une bonne idée, et c’est très noble de ta part. »

    Je marquai une pause, cherchant toujours mes mots avant de reprendre :

    « Mais ça risque d’être très compliqué pour toi, et tu vas probablement être confronté à de l’indifférence, de l’agressivité, l’incompréhension des hommes, comme des mutants. C’est une idée à soutenir, en soit, et il faut être très courageux pour la porter. Au fait, tu n’es pas obligé de répondre, mais est-ce que tu es un mutant ? »

    Je légitimais ma question, car pour quelqu’un qui s’engageait comme ça, il devait avoir une très bonne raison de le faire. Le plus plausible pour moi était qu’il était lui-même mutant, se sentant alors amplement concerner par ça, et qu’il ne voulait pas qu’une autre personne ait à subir ce qu’il avait subi dans la rue. Puis, il me retourna la question, me demandant mon métier. Je répondis directement :

    « Je suis… Musicienne, et chanteuse. Ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler un métier, mais c’est ce que j’exerce et avec ça que je gagne ma vie. Et, je dois avouer, que je commence à avoir mon petit succès, ce qui me pousse à continuer ce chemin là… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: » Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
» Rolling Sly Stone « [Pv : Dylan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men, le jeu de Rôle :: New-York et Autres Lieux :: New York :: Central Park-
Sauter vers: