AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Chad Gordon
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 25
Autre(s) identité(s) : Shade

Pouvoirs : Intangibilité.

Age du perso : 22ans
Date d'inscription : 23/04/2011

MessageSujet: Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]   Mer 14 Déc 2011 - 2:09

Aujourd'hui j'étais de " corvée " de sortir le chien. En fait, ce n'était pas une corvée pour moi, j'adorais les animaux et ce chien n'était qu'autre qu'un amour avec qui que ce soi. Je devais le sortir car Monsieur Wilson, mon employé était parti pour quelques jours me laissant donc sa demeure et son chien à ma charge.

Son chien était un de ces chiens qui était quelque peu imposant à leur taille adulte mais adorable. C'était un beauceron croisé berger allemand. En fait, ce n'était même pas un chien mais une chienne. Fidjy. Elle avait seulement quelques mois mais déjà très bien éduqué quoiqu'encore très joueuse est un peu brute quand elle s'amuse et c'est dans le but de la calmer que je devait la sortir 2 à 3 fois par jours voire 4 fois si le coeur me disait.

Je décidais donc de sortir la petite Fidjy pour la seconde fois de la journée. La voir tournée sur elle même dans la maison me faisait de la peine puis, Mr Wilson était absent pour quelques jours, je pouvais donc me passer de faire le ménage tous les jours.

" Fidjy ? Calme toi ma belle, on va sortir. J'arrive. "

Je n'avais pas besoin de me répéter, la chienne avait débarquer en trombe dans ma chambre. Elle savait bien que l'étage lui était interdit mais quand son maître n'était pas là, je lui autorisais car elle savait rester propre, sage et tenir le secret en restant à sa place quand ' Papa ' était là. Elle était arrivée avec la laisse dans la gueule, secouant la queue, pressée de faire sa seconde balade. J'enfilais en vitesse un jogging gris, plutôt épais, une veste de sport de la même couleur et épaisse aussi, des caches oreilles pour le froid, attachais la laisse au collier de la chienne et descendis les escaliers avec la pepette devant moi.

" Oui on va sortir, calme toi je te dis. Tu vas me faire tomber a tirer comme ça. Aller, calme toi. "

Telle était son habitude quand elle venait me chercher pour sa balade. Moi, j'allais en profiter pour aller courir un peu histoire de me défouler moi aussi. Les escaliers descendu, la porte passée, Fidjy s'était calmer. Elle savait se tenir dans la rue. On pouvait la qualifier d'intelligente, maligne et digne. Oui, digne. Elle marchait au pied, la tête haute mais toujours à l'aguet de la moindre bêtise à faire pour que je m'amuse avec elle. Oui, elle était aussi très joueuse, mais ça, c'était dû à sa race mais surtout à son jeune âge. Arrivé dans Central Park, parc derrière la maison, je lâchais le fauve pour qu'elle aille courir à son rythme et je commençais aussi à faire ma course de la journée. La journée était fraîche, très fraîche mais le soleil était aussi de la partie ce qui réchauffait légèrement l'atmosphère.

Je surveillais tout de même la petite pour ne pas qu'elle s'éloigne de trop même si le trois quart du temps, elle était à mes côtés pour courir à mon rythme.

Les oiseaux gazouillaient, les passants étaient souriant. Certains était là pour courir aussi, d'autre étaient là en couple, assit sur les bancs qui n'attendaient qu'une chose, que quelqu'un s'assoit sur eux pour se réchauffer aussi quoiqu'ils n'étaient que des bancs ... Bref, qu'ils courent ou qu'ils soient là pour prendre leur temps, tous avaient un point commun : Le bout du nez rougit par le froid. C'est alors qu'un aboiement me sorti de mes pensées. Fidjy ! Mais où était-elle ? Elle n'était plus à mes pieds.

Je me retourna pour la chercher et la voir partir en flèche dans la direction opposée de ma course.

" FIDJY !!! Reviens ici !! "

Je changeais aussi de direction pour la suivre en l'appelant.

" Fidjy revient là j'te dis !!! "

* Et merde, elle ne m'a jamais échap... *

Je n'eûs pas le temps de finir ma pensée qu'elle sautait alors sur un jeune homme. Je m'arrêtais, choquer de voir la chienne faire ça. Je repris ma course pour récupéré Fidjy mais elle avait mis une bonne distance entre nous. Je la gardais en vision en accélérant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Griffith
Neutre Alpha
avatar

Nombre de messages : 149
Age : 23
Autre(s) identité(s) : Éole

Pouvoirs : aérokinésie

Age du perso : 18
Date d'inscription : 11/10/2010

MessageSujet: Re: Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]   Mar 20 Déc 2011 - 16:38

Central park. Un de ces endroits de New-York qui se disait ouvert à tous sans l'être réellement. En plein cœur de Manhattan, le parc restait malgré tout un lieu plus souvent fréquenté par le gratin new-yorkais que par les gamins des rues du Bronx. La situation géographique même du lieu le destinait à un public éduqué et surtout très aisé. Aussi, vous vous demanderez sans doute pourquoi un être comme Anton s'y trouvait au beau milieu de la journée, dans ses vêtements dépenaillés. Lui même commençait à se poser la question, d'autant plus qu'il devait toujours être recherché par les forces de police du BAM. Cela dit, la dernière fois qu'il avait été aperçu et identifié en tant que l'assassin de tout ces SDF, il était dans un état déplorable. Désormais, il était propre, rasé, les cheveux coupés et vêtu d'habits en meilleur état bien que miteux. La maigreur résiduel aidant, il était métamorphosé. Son physique n'avait plus rien à voir avec celui du garçon au visage poupin qui avait connu l'Institut. Malgré sa jeunesse évidente, il dégageait une certaine maturité et ses yeux trahissaient les souffrances qu'il avait traversé et dérangeaient de par leur lueur inquiétante. Non, il n'avait que peu de chances de se faire prendre ici.

Alors qu'il marchait dans l'allée pourvue de graviers recouverts d'une gelée, les mains enfoncées dans les poches de sa veste et le bas du visage masqué par un passe montagne, les passants esquivaient son regard d'un acier plus froid encore que l'air ambiant.

*Petites natures et faibles humains !* , pensait avec mépris le jeune homme en les voyant détourner les yeux devant son inconvenance à l'idéal de société, comme s'il n'était pas normal, comme s'il était honteux d'être lui. Il était un tabou, oui, un tabou. Au même titre que la faim dans le monde et surtout aux États-Unis, au même titre que les expérimentations hasardeuses des fous que payaient l'Etat pour fabriquer des armes biologiques et souvent humaines. Éole était de ceux que la société tolère mais rejette dans un coin. Sans même le connaître, les gens ne faisaient que l'éviter, ce qui ne le dérangeait pas réellement au fond. Cela lui évitait les problèmes qu'il ne cherchait pas. De toute façon, il n'avait jamais fais dans le social. Il n'avait jamais été de ces samaritains qui voudraient que tout soit rose, que les Hommes se comprennent enfin et cessent la guerre. Le bonheur des uns est constitué des gains réalisés grâce au malheur des autres, c'était ainsi depuis bien trop longtemps pour que ça change. Le seul optimisme permis était d'être du côté des heureux, de ceux-là qui telles des sangsues vampirisaient le bonheur des moutons, le suçaient, assoiffées jusqu'à la dernière goutte.

Anton était né parmi les vampirisés et ne voulait surtout pas leur être loyal, bien au contraire. N'était-ce pas ces même vampirisés qui étaient ses parents qui n'auraient pas accepté sa véritable nature s'ils l'avaient connue ? Et cela à cause de cette société humaine qui ne voulait pas se dépareiller autrement que par les ressources.

Il soupira dans un nuage de buée. Fasciné, il la regarda disparaître. Il recommença, plus fort et oubliant totalement l'endroit où il se trouvait, s'amusa à donner formes aux vapeurs obtenues, créant cercles, sphères et arabesques cotonneuses et éphémères dans le froid glacial de cette journée d'hiver. Enfin, s'apercevant du regard effaré d'un vieil homme, il cessa et repris sa route en se disant que peut-être il pourrait créer un spectacle de rue à partir de ce petit tour. Peut-être cela aurait-il quelque petit succès. Après tout, la moindre façon d'obtenir de l'argent était bonne à essayer... Peut-être qu'un cirque voudrait l'engager en tant que prestidigitateur. Ça serait l'idéal, le rêve même : un bon salaire, l'éloignement de la police et la protection des forains, un abri... Oui il essayerait ça, mais avant il allait sûrement falloir qu'il se perfectionne. Le nombre infini de facettes et d'utilités que pouvait avoir son pouvoir ne laissait pas de le suspendre et de le fasciner, de le conforter dans son idée de supériorité sur les humains aussi.

La réalité, elle revint brutalement, sortant le jeune mutant de ses pensées. Elle revint sous la forme d'un animal de nature canine encore jeune mais déjà bien imposant. Vous savez ! Ce genre de chiens deviens très vite très gros mais étant toujours également très jeune reste très joueur et deviens donc maladroit, encombrant, pataud. Le chien en question était de la taille d'un petit berger allemand et arborait le pelage sombre des beaucerons et le « masque » des bergers, la finesse de ses membres témoignant de sa jeunesse. Joyeusement, le petit cerbère gambadait autour d’Éole, allant parfois poser ses pattes sur lui ou à réclamer les caresses et le jeu. Quelque peu désemparé par ces démonstrations d'affection aussi inopinées qu'inattendues, il attendit en contemplant l'animal. Déduisant que le chien avait un maître à la vue de son collier, il cherchait du regard une personne pouvant correspondre et la trouva. Il s'agissait d'un autre jeune homme qui courait dans sa direction. Il devait mesurer une bonne tête de moins que lui mais arborait une fière carrure. Sa chevelure aux boucles brunes retombait avec un air rebelle sur des yeux bleus et un visage que l'on aurait pu qualifier d'enfantin. Il était vêtu d'un jogging gris sous une veste également grise et de cache-oreilles. Il devait en vouloir pour aller courir par ce froid avec un jeune chien qui ne pensait qu'à jouer. Ou alors il était singulièrement naïf s'il s'imaginait que l'animal courrait sagement à ses côtés. Le visage dénué d'expression particulière, il demanda :

-C'est votre chien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Chad Gordon
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 25
Autre(s) identité(s) : Shade

Pouvoirs : Intangibilité.

Age du perso : 22ans
Date d'inscription : 23/04/2011

MessageSujet: Re: Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]   Mer 21 Déc 2011 - 0:40

J'arrivais enfin à la hauteur du jeune homme qui avait plutôt l'air agacé par le chien qui lui tournait autour. J'attrapais la chienne par le collier et la rattachais en laisse.

-C'est votre chien ?

" Non enfin ... Si, c'est mon chien. "

Je tirais Fidjy pour qu'elle arrête de sauter sur l'inconnu et elle s'assit tout en le fixant.

" Je m'excuse pour cette ... Attaque surprise. J’espère qu'elle ne vous a pas ... Effrayer. C'est encore un chiot, mais d'habitude elle reste calme même détachée. "

Je regardais la chienne qui se mit à aboyer légèrement. Je ne comprenais pas sa réaction et j'étais affreusement gêné ce n'était vraiment pas son habitude d'agir ainsi, surtout face à un inconnu. Bon, j'avoue qu'il n'avait pas forcément un style " propre " comme le maître de Fidjy, mais ce n'était pas la première fois qu'elle croisait un homme habiller ainsi. Puis, d'ailleurs, voir encore des jeunes s'habiller différemment des autres jeunes, je trouvais ça très bien moi.

Après un silence à nous dévisager, je lui tendis la main.

" Je me présente, je m'appelle Aaron. Et vous ? "

J'avoue, ce n'était pas dans mes habitudes de faire connaissance avec des inconnu dans ces circonstances mais ... après réflexion, ce jeune homme m'attirait. Non pas sur le plan sexuel, mais il y avait quelque chose en lui qui m’interpellait. Il avait l'air de quelqu'un qui n'était pas à sa place et qu'il le ressentait. Comme ...

* Serai-ce un mutant ? Un jeune mutant venant de découvrir son pouvoir peut-être ... Qui sait ... *

C'était surement pour ça que Fidjy agissait ainsi, moi elle me connaissait, mais pour la rencontre d'un nouveau mutant, elle n'avait pas l'habitude surtout que, si je ne me trompe pas, son vrai maître est un simple humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Griffith
Neutre Alpha
avatar

Nombre de messages : 149
Age : 23
Autre(s) identité(s) : Éole

Pouvoirs : aérokinésie

Age du perso : 18
Date d'inscription : 11/10/2010

MessageSujet: Re: Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]   Ven 30 Déc 2011 - 12:59

Tandis que le jeune homme parvenait à la hauteur d'Anton et que ce dernier demandait si le fauve lui appartenait, il rattacha l'animal en question. Puis il répondit, par une réponse plutôt brouillonne. Ce genre de réponse qui trahissent d'elles-même leur inexactitude, se nuancent. En un sens, le maître de l'air appréciait cela. Il prenait cette nuance comme un témoignage de franchise et d'honnêteté mais cela signifiait aussi que son interlocuteur conservait une réserve face aux inconnus, n'étalait pas sa vie à qui voulait l'entendre ou pas d'ailleurs. Quelques mois ou peut-être quelques années plus tôt, lorsqu'il était encore à l'Institut, une telle réponse lui eût certainement arraché un pâle sourire, mais désormais cela n'allumait qu'une simple lueur au fond de ses yeux acier.

Parvenant enfin à maîtriser la bête qui s'assit sagement en fixant Anton, le jeune homme s'excusa du comportement de son jeune monstre :

" Je m'excuse pour cette ... Attaque surprise. J’espère qu'elle ne vous a pas ... Effrayer. C'est encore un chiot, mais d'habitude elle reste calme même détachée. "

Un chiot ? Le jeune homme trouvait le terme un peu léger pour un animal déjà si gros mais il ne releva pas. Ça n'était pas la peine. Et puis, étrangement la présence de l'inconnu ne le dérangeait pas. Elle lui était plutôt indifférente en fait, du moins était-ce ainsi qu'il le ressentait, pourtant il ne parvenait pas à se détourner. Éole restait planté là, les bras ballants, observant en silence l'ingénu qui lui faisait face, comme touché par son évidente candeur. Pourtant, cette hypothèse était parfaitement irrecevable. Lui qui s'était forgé une personnalité totalement dénuée d'innocence durant son enfance d'enfant des rues. Même lui, le tabassé, n'avait jamais été un gentil. La candeur, l'innocence, l'ingénuité étaient des choses qu'il ne considérait qu'avec désabusement et cynisme, laissant ces valeurs aux idiots. Alors pourquoi cette réaction ? Peut-être était-ce car il avait le sentiment que lui aussi revenait de loin ? Cette impression indéfinissable qui lie ceux qui ont traversé des choses que le commun des mortels n'a pas connu et qui a apposé sur eux cette marque indélébile si caractéristique de la souffrance. Curieux, non pas de l'autre mais de lui-même, Anton laissa son visage s'ouvrir et répondit de sa voix rauque de silences :

-Ce n'est pas grave. Il n'est pas agressif, juste un peu pataud. Pas besoin de connaître les chiens pour le voir. Il oublie sa taille, c'est tout.

Comme pour répondre au mutant, l'animal aboya de sa voix rauque de molosse en devenir sans grande conviction. C'est alors que l'inconnu fit un geste qui surprit Anton à un degré inimaginable. Il s'agissait d'un geste qu'il n'avait pas connu depuis des mois. Un geste franc et amical que personne ne lui avait adressé depuis bien longtemps, si bien qu'il en avait presque perdu la signification. Hébété, abasourdi même, il ne su d'abord pas comment réagir. Les yeux ronds, il regardait cette main tendue. Lui qui était d'ordinaire si pragmatique ne pouvait s'empêcher d'angoisser à l'idée de rendre cette banale poignée de main. Sans se presser, sans non plus vraiment savoir pourquoi, le jeune mutant serra cette main tendue, le cœur battant la chamade. Le jeune homme serra cette main avec la curieuse impression que quelque chose se mouvait en lui, que cette poignée de main d'apparence si banale scellait une sorte de pacte. Un pacte non pas entre lui et l'inconnu mais entre lui et le monde, entre lui et sa conscience, entre lui et la vie.

Troublé, il entendit au travers des brumes vaporeuses de son esprit l'inconnu se présenter :

" Je me présente, je m'appelle Aaron. Et vous ? "

Aaron... C'est drôle comme un nom peut être dénué de sens lorsqu'on l'entend pour la première fois. C'était la première fois qu'Anton faisait la connaissance d'une personne portant ce nom, pourtant il avait déjà une signification. Ce nom était celui du changement qu'il sentait opérer en lui. Sans vraiment y penser, il répondit dans un souffle :

-Anton.

Puis, commençant à se retrouver, à sortir du trouble dans lequel il était plongé, il posa cette unique question, d'une voix enrouée par la perplexité :

-Qui êtes vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Chad Gordon
Neutre Delta
avatar

Nombre de messages : 634
Age : 25
Autre(s) identité(s) : Shade

Pouvoirs : Intangibilité.

Age du perso : 22ans
Date d'inscription : 23/04/2011

MessageSujet: Re: Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]   Sam 4 Fév 2012 - 17:55

Suite à notre poignée de main et de ma simple présentation, le jeune inconnu me répondit dans un souffle, l'air pensif :

" Anton. "

Il dû reprendre ses esprits car il m'interrogea avec un ton bien plus sec.

-Qui êtes vous ?

Euh... qu'est-ce que je devais répondre à ça ? Ma mutation ? Mon métier ? Me présenter entièrement ? J'étais perplexe, tout comme lui d'ailleurs, mais je ne devais pas lui laisser l'ombre d'un doute sur ma mutation. Je lui répondis alors par une réponse... Inintéressante.

" Je m'appelle Aaron, j'ai 22 ans et vous... Anton ? "

Anton... C'était un beau prénom qui allait bien avec la gueule d'ange du jeune homme face à moi. Plus je le regardais, plus il me semblait différent des mortels. Je lui sourit pour qu'il se détende. Oui, il avait l'air quelque peu tendu ou du moins, pas très posé. Une phrase complètement spontanée sortie de mes lèvres avant même que j'y réfléchisse.

" Je vous invite a prendre un verre ? J'aimerai m'excuser pour cette attaque surprise de Fidjy. "

Je regardais Fidjy, leva la tête vers l'homme puis lâcha de nouveau la chienne.

" Doucement ma belle, va jouer mais écoute moi. "

Oui, je lui parlais comme si c'était une enfant, mais pour moi, les chiens sont égale à l'homme dans la limite du possible. C'est alors qu'un silence s'installa entre nous, j'attendais la réponse du jeune Anton qui ne décrochait pas son regard de moi. Qu'est-ce qu'il avait à me regarder comme ça ? J'empestais le mutant ? Non, ça ne se sent pas de cette façon... Mais alors pourquoi ce regard intrigué en me regardant ? Je préférais suivre du regard la chienne du patron en la rappelant à l'ordre quand elle allait un peu trop loin.

" Jeune homme ? "

Je devais le ramener à la réalité, ça devenait presque flippant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre ... renversante et gênante. [PV ANTON]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men, le jeu de Rôle :: New-York et Autres Lieux :: New York :: Central Park-
Sauter vers: