AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prise de (dé)position ? [PV : Aleksandra Avdeïev]

Aller en bas 
AuteurMessage
Amy de Lauro
Nouvel(le) Elève X-Men Gamma
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 24
Autre(s) identité(s) : Nephilim

Pouvoirs : Photosynthèse (comprend Immunité à l'Ebouissement et Amélioration des Capacités Respiratoires) & Facteur Guérisseur

Age du perso : 18 ans
Date d'inscription : 05/11/2011

MessageSujet: Prise de (dé)position ? [PV : Aleksandra Avdeïev]   Sam 18 Fév 2012 - 15:49

Jeudi 12 Janvier – 2 : 45 A.M.
    Après une nuit en Enfer, n’importe quel Purgatoire prend des allures de Paradis.

    C’était la réflexion que c’était faite Amy lorsqu’elle avait été conduite à Triskelion, la base du Bureau des Affaires Mutantes. Sans trop savoir où se trouvait l’endroit, Nephilim savait qu’il s’agissait de l’une des îles de New York : malgré les brumes de la fatigue, elle avait aperçue une grande étendue d’eau. Elle n’aurait cependant pas été capable de dire comment elle était arrivée là ; voiture, bateau ou hélicoptère ?

    Elle avait tenu son bras écorché et essayé tant bien que mal d’éviter tout contact avec son flan du même état durant tout le trajet. Elle ne s’en était pas trop mal sorti, comparé à d’autre. Quelques longues estafilades certes douloureuses, mais pas dangereuses. Puis elle guérirait. Trop lentement à son goût, mais elle guérirait.

    La seule chose qui lui avait empêchée de retrouver le sommeil n’était pas, comme on aurait put s’y attendre, la douleur. Non, cette dernière avait commencée à refluer, alors que son organisme réparait les dégâts. C’était la peur. La peur de revoir les images, de réentendre les sons, une fois ses paupières fermées. L’italienne avait peur de revivre les flammes et la mort. Peur de revivre son propre échec, son incapacité à aider les autres, son inutilité dans la bataille. Mais plus que tout, peur de revoir les conséquences de cela.

    Elle avait donc passé le trajet dans une sorte de semi-conscience, refusant de s’endormir mais incapable de rester pleinement lucide.

    Nephilim n’était réellement revenue à elle qu’une fois qu’il avait fallu quitter le véhicule, et ses souvenirs n’étaient fiables qu’après qu’elle eut franchir un point d’accès sécurisé. Elle savait pourquoi elle était là.

    Amy de Lauro n’avait pas fait partie des blessés graves de l’attaque sur Mutant Town, et avait soutenue les forces de l’ordre dans une mesure toute relative. Une agent du B.A.M. l’avait sauvée, aux côtés d’une autre policière mutante, et Amy avait une dette envers elle. Du fait, elle voulait faire plus, donner, même si cela serait probablement inutile, sa version des faits. Aux vues du nombre de blessés et de morts, il n’y avait que peu de témoins en l’état. Et elle faisait parti de ces rares chanceux. Ainsi, malgré qu’ils eurent interpellés quelques terroristes, et surement tués encore plus, le B.A.M. allait avoir besoin de dépositions, ne serait-ce que pour la forme. Nephilim n’avait pas véritablement d’idée là-dessus, mais avait tenue à faire son possible, et à donner la sienne.

    C’était ainsi qu’une Elève X-Men, une mutante gamma, s’était retrouvée dans la base de la police mutante du gouvernement. Amy n’avait cependant pas peur, notamment grâce à une réflexion très religieuse de sa part.

    Après avoir refusé une nouvelle fois qu’on s’intéresse à ses blessures, elle avait été guidée, claudicante, à travers les couloirs anonymes des bâtiments. C’était encore pire que l’Institut ; la sobriété permettait à Nephilim d’être sure qu’elle serait parfaitement incapable de s’y retrouver. Cela lui avait déjà prit tant de tant dans une bâtisse probablement plus petite et bien plus meublée. Finalement, elle était arrivée devant un bureau.

    L’agent lui avait simplement dit d’entrer ; c’était ici qu’elle ferait sa déposition. Il était par la suite resté immobile alors qu’Amy hésitait devant la porte. Visiblement, elle n’aurait pas le droit de se déplacer seule dans les locaux ; chose pour le mieux, à son humble avis.

    Nephilim n’osait cependant saisir la poignée, comme si cela aurait laissé une emprunte indélébile sur l’objet comme sur elle-même. Elle voulut demander l’heure à son tuteur de l’instant, mais celui-ci se contenta de toquer pour elle. L’heure pouvait être importante : l’italienne serait encore plus mal-à-l’aise si l’agent chargé de sa déposition avait été réveillé spécialement pour elle.

    Avant même d’avoir rencontrée la personne chargée de l’interroger, l’appréhension commençait déjà à la bloquer.

    Amy devait rester calme. Cela ne pourrait pas être pire que les heures précédentes…

Hors Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksandra Avdeïev
Agent du B.A.M. Alpha
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Autre(s) identité(s) : Sasha

Pouvoirs : Télépathie

Age du perso : 22 ans
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: Prise de (dé)position ? [PV : Aleksandra Avdeïev]   Sam 17 Mar 2012 - 20:18

Tous les écrans transmettent les mêmes images d’immeubles en flammes. De silhouettes sombres armées tirant sur femme et enfant. De haine et de perdition. Aleksandra n’y prête pas garde et insère méthodiquement les pièces dans la machine pour finalement demander une bouteille d’eau sous l’œil amusé de son collègue. Lui a opté pour un café. Travailler de nuit n’est jamais très reposant et personne ne crache sur la caféine dans ses moments là. Personne sauf… la russe. Elle n’aime pas le café, elle n’a jamais aimé ce goût amer. Mais elle ne pouvait tout simplement plus rester derrière son bureau à répondre au téléphone. Un besoin de bouger s’était fait urgent et l’autre agent assurant avec elle se service hors du commun lui avait proposé d’aller dans la salle de repos boire un coup histoire de se requinquer. C’était plus la marche dans les couloirs du B.A.M qui avait motivé la jeune femme à accepter plutôt que l’idée de boire un café.

Aleksandra s’efforça de ne pas fixer l’écran repassant l’image d’un corps s’enflammant tandis que les pompiers tentent en vain de calmer les flammes. Comment de telles images peuvent avoir été filmées ? Ces vidéos vont avoir un impact monstrueux. Pendant que les deux agents tentent vainement de se déconnecter un temps de l’horreur de l’événement le réseau international crépite de média en média, de gouvernement en gouvernement. Aleksandra débouche méthodiquement sa bouteille et porte le goulot à ses lèvres. Elle a froid mais ne frissonne pas. A vrai dire elle ne montre aucuns de ses sentiments et sensations. Elle tache de se concentrer sur des choses inutiles. Elle fuit ce qui se passe ce soir alors qu’elle baigne dedans. Elle ne veut pas avoir à réfléchir, à se forger une opinion. Comme un automate, elle boit sa bouteille d’eau.

Entre alors un autre agent, l’air épuisé. Lui aussi veille ce soir. S’est il porté volontaire sans trop savoir pourquoi comme Aleksandra ? La jolie télépathe en doute. Les gens savent pourquoi ils sacrifient une nuit de sommeil. Son collègue masculin le sait il n’a pas cessé de lui inonder les oreilles avec ces grands discours et ses convictions. Cet autre BAMeur ne doit pas en être à son premier service nocturne contrairement à elle. Il l’a salue d’un signe de tête et elle lui rend la pareil. Visiblement il connait son collègue. Ils échangent quelques banalités puis s’informent mutuellement sur la situation par rapport à leur poste. Le collègue de la russe explique dans un soupir la teneur des échanges téléphoniques qu’ils ont eu pendant plus de la moitié de la nuit avec divers appelants et l’autre répond qu’il a passé les cinq dernières heures à prendre des dépositions de témoins de la catastrophe. Il glisse l’air fatigué une petite critique aux interprètes du BAM, annonçant qu’aucun n’est resté ce soir et qu’il se retrouve avec plusieurs individus d’origine étrangère sur les bras sans trop savoir qu’en faire. Aussi tôt son collègue présente Aleksandra en tant que polyglotte. Gênée la jeune femme demande :

- Quelle langue parle votre prochain témoin ?

Lorsque l’agent répond « français d’après son dossier » Aleksandra soulève un sourcil. Elle ne doit pas être la seule à parler plusieurs langues dans tout le BAM si ? Et puis elle a déjà son propre travail, elle ne comprend pas pourquoi son collègue l’a proposé avec une telle désinvolture. Comme si il pouvait gérer la crise tout seul au standard téléphonique ! Mais déjà l’autre enchaîne sur sa lancée demandant si la présence d’un agent du secteur Diplomatie ne serait pas profitable pour les prises de dépositions de témoins d’origines étrangères. Aleksandra le toise, se demandant ce qu’il a derrière la tête. L’autre agent répond avec un sourire usé qu’effectivement sa présence serait profitable. La jeune fille regarde sa montre. Une heure du matin. Elle tourne la tête vers son collègue et lui demande s’il parviendra à prendre tous les appels. Evidement il répond à l’affirmative. Elle ignore s’il en est réellement capable, ce qu’elle sait c’est qu’il s’est apparemment mis dans la tête qu’il était nécessaire qu’elle donne un coup de pouce à cet autre agent.

Ni une, ni deux, elle se retrouve dans une salle aux murs neutres avec une table simple, une chaise d’un côté et deux de l’autre. Un ordinateur trône sur le côté de la table et l’agent – qui s’est présenté sous le nom de Thornton – s’y attelle. Aleksandra est assise sur l’autre chaise avec un dossier sans rapport avec la jeune fille qu’ils s’apprêtent à interroger n’ayant pas eu le temps de tirer une copie papier qui est la plus pour lui donner une contenance que par son utilité au regard de la situation. Lorsque l’on toque à la porte Thornton lance un « Entrez ! » simple et rapide. Aleksandra regarde le premier témoin d’une longue série s’installer sur la dernière chaise.

[…]

Cassée en deux. Il n’y a pas d’autre mot. Aleksandra en vient à regretter son fauteuil de bureau et ce téléphone qui ne cesse de sonner. Elle serait prête à tout pour quitter cette inconfortable chaise en métal. La jeune russe profite d’un court répit pour se masser le cuir chevelu. Elle ne cesse de se demander comment diable elle est arrivée là. Tout d’abord pourquoi se porter volontaire pour rester au cas où ? A quoi pensait-elle au juste ? Ah oui. Au temps de révision pour son examen qu’elle y gagnerait en déplaçant sa journée en nuit. Quelle sombre idiote. Elle ne serait pas en état d’ouvrir un œil le lendemain, elle allait juste s’écrouler sur son canapé. Et puis pourquoi accepter de servir d’aide pour les prises de dépositions ? Aleksandra s’agaçait sérieusement – une fois n’est pas coutume – quand on toqua de nouveau à la porte. Elle étouffa un gémissement sous l’œil amusé de Thornton et se redressa, essayant de reprendre contenance.

La jeune fille entra. Elle était frêle et semblait bien fragile avec en arrière plan l’agent de terrain qui l’avait accompagné jusqu’à la salle. Aleksandra l’invita à s’asseoir d’un geste tandis que Thornton les présentait tous les deux

- Bonsoir Mlle de Lauro. Je suis Thomas Thornton et voici Aleksandra Avdeïev. Si tu le veux bien j’aimerais que tu nous raconte ce qui s’est passé cette nuit. L’agent Avdeïev est capable de parler un italien si c’est plus facile pour toi.

Aleksandra a beau être crispée par la fatigue elle adresse un sourire à la jeune fille. Du coin de l’œil elle voit que ses papiers sont en règles et qu’elle bénéficie d’un visa d’étudiante. Elève de l’Institut. Italienne. Elle cesse de regarder l’écran. Ses yeux sont fatigués. D’un revers de mains elle les frotte. Dormir elle veut dormir. Mais pas encore, pour l’instant elle doit prendre la déposition de cette jeune demoiselle qui a vu plus d’horreur en une nuit que certains ne voient en une vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Nouvel(le) Elève X-Men Gamma
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 24
Autre(s) identité(s) : Nephilim

Pouvoirs : Photosynthèse (comprend Immunité à l'Ebouissement et Amélioration des Capacités Respiratoires) & Facteur Guérisseur

Age du perso : 18 ans
Date d'inscription : 05/11/2011

MessageSujet: Re: Prise de (dé)position ? [PV : Aleksandra Avdeïev]   Sam 17 Mar 2012 - 23:00

    La porte s’ouvrit sur un bureau aux murs neutres, deux chaises et une table équipée en outils informatiques, et une autre agent du B.A.M. dans un état de fatigue avancé, un peu à l’instar de Nephilim.

    C’était une fille à peine plus vieille qu’elle, plus grande, svelte à en paraitre fragile, à la peau très pâle, et qui avait un visage délicat de forme ovale duquel des yeux d’un bleu pur ressortaient incroyablement. Malgré sa fatigue apparente, l’agent lui adressa un sourire qui rassura Amy.

    L’autre agent les présentant, s’introduisant lui-même par la même occasion. Thornton et Avdeïev ; cette dernière était capable de parler italien.

    - Non… non merci, répondit l’italienne, timidement. Je… je suis capable de parler anglais.

    Elle-même ne semblait pas parfaitement convaincue de ses dires, mais tenait à faire sa déclaration en la langue du pays ; ce qui serait plus dur, c’était de la faire.

    Elle avait passé les derniers temps à refouler les images, et allait maintenant devoir faire appel à sa mémoire. Mais c’était elle qui avait choisit de se retrouver dans cette situation ; pour aider les gardiens de la paix dans leurs investigations comme pour éviter l’arrivée inopinée d’agents du BAM à l’Institut. Cela ne serait pas véritablement apprécié, à son avis.

    S’asseyant sur le siège en n’osant regarder l’agent Avdeïev, Amy chercha le courage de déclarer à haute voix ce qu’elle avait vu, entendu, senti et ressenti lors de l’heure précédente.

    Son cœur s’accéléra, la peur revenant avec les souvenirs. Nephilim tenta pourtant de se calmer, inspirant profondément et expirant longuement, mais cela ne marchait guère. Les larmes commencèrent à couler, son visage exprimant la tristesse, la peur et la honte.

    Elle devait se concentrer, parvenir à un récit cohérant et réaliste ; elle se devait d’être au maximum objective, mais s’en savait déjà incapable. Les émotions et les souvenirs ne lui permettraient pas de réciter les faits objectivement ; seuls les psychopathes pourraient être capables de pareilles choses, n’ayant nul remords, peurs ou instincts de conservation pour les troubler dans leur histoire.

    - Par… Par où voulez-vous que je commence ? Je n’ai jamais fait cela avant ; la déposition, je veux dire, les propos d’Amy étaient brouillés alors qu’elle-même éprouvait le plus grand mal non seulement à parler correctement, mais également à ce que ses paroles forment un tout cohérent.

    Elle n’avait certes jamais été impliquée dans aucune affaire judiciaire d’aucune sorte, étant la parfaitement petite élève sans histoire, mais se doutait qu’elle devrait commencer par le début.

    Un évitement pour ne pas avoir à affronter ses souvenirs ? Ils étaient pourtant si frais dans sa tête. C’était pour cela qu’elle avait tenue à venir maintenant, avant que le temps ne l’embrouille.

    Levant un regard malheureux en direction de l’agent Avdeïev, Amy se dit qu’elle devait faire vite ; l’agent semblait avoir également passé une mauvaise nuit, et donc plus vite elle en aurait finit avec Nephilim, plus vite elle retournerait à un sommeil réparateur.

    Bizarrement, cela n’aida pas l’italienne, qui commença à stresser et à bafouiller, n’ayant plus seulement peur de ses souvenirs, mais également de l’agent du BAM. Elle était là pour l’aider, ce qui était réciproque, mais Amy n’y arrivait pas. Elle n’était pas suffisamment en confiance pour se laisser aller.

    C’était une honte : elle avait fait un choix et devait l’assumer. De plus, l’agent Avdeïev était probablement la personne la mieux placée pour l’aider. Toujours était-il qu’Amy n’y arrivait pas.

Hors Jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prise de (dé)position ? [PV : Aleksandra Avdeïev]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prise de (dé)position ? [PV : Aleksandra Avdeïev]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men, le jeu de Rôle :: Triskelion (base du B.A.M.) :: Zone 2 :: Bureaux et salles de travail-
Sauter vers: