AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mar 5 Juil 2011 - 21:09

Pam avait le plus sordide bourdon qu'elle avait jamais connu de sa vie entière. Une semaine seulement qu'elle était arrivée à l'Institut et en une semaine à peine, elle avait déjà réussi à se faire violemment agressée par un mutant psychopate qui ne lui avait laissé la vie sauve que parcequ'il s'était rendu compte qu'elle en était une elle aussi. Elle n'avait du son salut qu'à une soudaine manifestation de son pouvoir qui l'avait fait couler dans les égoûts. Revenue à l'Institut trempée, salie, blessée, transie de froid et de peur, Pam sombrait depuis quatre jours dans une déprime totale.

Si ses blessures physiques n'avaient été que superficielles, son préjudice moral était très fort et malgré les soins apaisants et l'attention constante d'Alice, Pam n'ait pas osé mettre un pied hors de l'institut depuis quatre jours. Elle avait raté ses premiers cours à l'université et errait dans tout le bâtiment, de la cuisine à la salle de détente en passant par le dortoir à la recherche d'une présence. Sans une personne dans la même pièce qu'elle, Pam éprouvait d'inexplicables angoisses qui la laissaient apeurée et fébrile. En même temps, sa peur la poussait à se refermer sur elle même et si elle cherchait une présence, elle ne cherchait pas la conversation. Seule Alice savait trouver les mots pour l'apaiser. Pam la soupçonnait même d'utiliser son pouvoir sur elle pour arriver à ce qu'elle prenne quelques heures de sommeil par jour.

Pam n'avait pas encore trouvé le courage et la volonté pour parler de son agression. Pourtant elle savait qu'il était important qu'elle mette les gens de l'Institut au courant. Alice l'encourageait à vider son sac, lui disant qu'elle se sentirait mieux après mais rien n'y faisait.

Cet après-midi, Pam avait investi la cuisine. Personne à l'horizon, angoisse tenante, un seul remède : du chocolat. Mais pas n'importe quel chocolat! Du chocolat fourré au chocolat enrobé de chocolat, glacé au chocolat, soupoudré de chocolat avec du sirop de chocolat et des pépites de chocolat! Un cri d'horreur pour les tailles sveltes mais Pam s'en moquait. L'informe pull de grosse laine grise deux fois trop grand pour elle qu'elle portait pour cramper à la maison ne la quittait pas. C'était comme si son Papa était près d'elle. Il était d'ailleur parfaitement assorti aux immenses chaussettes de laine grise également que Mémé lui avait tricottées à Noël dernier. Et malgré sa mine dépitée, son air avachi et ses vêtement de bucheronne canadienne, Pam continuait de répendre son charme naturel. Même tirés et pas maquillés, ses traits restaient beaux et attirants. Ses longs cheveux bouclés et en bataille lui donnaient un petit air sauvageon et sans le vouloir, une touche de féminité transparaissait dans l'épaule à la peau soyeuse que dénudait parfois le col de son immense pul ou dans les cuisses galbées que son legging blanc moulait sans vergogne.


*Quelle vie de merde!*, pensa Pam en touillant mollement sa mixture chocolatée et glacée. *Je crève de trouille pour un rien, je suis incapable d'ouvrir le moindre carton sans chialer comme une madeleine, je rate mes premiers cours à l'université... et en plus je me goiffre de cochonneries qui vont me faire grossir!*

Sa petite voix intérieur lui répondit :

*On se fiche de ton cul ma vieille! Soigne d'abord ton petit moral!*

Et Pam engloutit une cuillerée colossale de son remède maison. C'est alors qu'il fit son apparition. Monstrueusement grand, effroyablement musclé, abominablement beau garçon, j'en passe et des meilleurs. L'inconnu tout de muscle et de clichés masculins fit son entré dans la cuisine, ne lui jetant pas un regard. Jeans élimé, marcel de toile blanche taché de peinture diverse dont on retrouvait quelques touches sur les mains, le colosse se dirigea vers l'in des imenses frigos, en sortit une bouteille d'eau glacée qu'il but à même le goulot, cul sec. Les reflets de l'eau sur son visage dans la lumière de la fenêtre firent à Pam l'effet d'un ralentit de cinéma. Bouche bée et silencieuse, elle regarda le colosse boire en silence.

*Oh my god...* pensa Pam.

Si elle avait été dans un cartoon de Tex Avery, elle aurait déjà tappé du pied sur la table en immitant le loup devant Lady Lou. Sauf qu'ici, c'était Lady Lou qui se cognait la tête devant le loup et pas de Droopy à l'horizon. Le colosse eut un regard plus appuyé pour le fond du frigidaire, claqua la porte du frigo avec un froncement de sourcil et se tourna vers Pam. Cette dernière sentit ses joues rosir légèrement tendit que les violons de "Autant en emporte le vent" résonnaient à ses oreilles.

*Mais quels yeux!*

Lesdits yeux, couleur d'écume et d'un froid arctique tombèrent sur le pot de glace au chocolat que Pam avait asaisonné à sa manière. Pam réalisa alors qu'elle venait de contrarier le bel Hercule. Un frémissement de la main lui échappa la cuillère qu'elle avait gardé en suspend. Cette dernière tomba sur le marbre du plan de travail avec un "cling" qui sembla aussi retentissant que la bombe A dans le silence d'une grotte. Il avait envie de glace au chocolat et elle venait de lui ôter ce plaisir. Elle prit conscience qu'elle devait être déplaisante, fagotée comme l'as de pique et s'accaparant égoïstement près d'un litre de glace au chocolat qu'elle avait gâché par son mélange écoeurant et qu'elle n'allait bien entendu pas être capable de finir.

* T'es une quiche ma vieille! La reine des andouilles!*

Avec un raclement de gorge stupide, elle s'entendit bredouiller :

- Reuhm.. Je... Euh... Vous... Enfin je veux dire "tu" Non, "vous"...

*Pam tu lui parles autrement que comme une quadrisomique ou tu fermes ta gueule!*

- Je suis désolée... Votre glace sur mon chocolat... Enfin je veux dire la glace au chocolat.. euh... J'ai...

Puis virant au rouge cramoisi, elle baissa les yeux, passa une main tremblante sur son visage honteux et proposa naïvement :

- Un peu de glace?

*Bravo ma grande dès ce soir on téléphone à un asile pour t'y enfermer section débiles profonds à la première heure demain matin! Mais bien sûr qu'il va refuser cette tambouille infâme à moitier fondue! Oh, Seigneur! Mais quels yeux!!*

Elle trouva la force de lui faire un sourire aussi timide que candide, le style premier amour de collégienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mer 6 Juil 2011 - 19:57

Je viens de passer plusieurs heures sur une toile. Une toile qui a toute son importance, car il s'agit d'une commande spéciale du Professeur Xavier en personne. Sa demande était très simple. Il voulait un tableau de lui, le représentant en compagnie de ses premiers élèves. Simple, effectivement. Mais aussi extrêmement compliqué. Aucune autre directive m'avait été donnée. Que faire?

Une pause. Après plusieurs heures à crayonner, tester différentes couleurs, et ayant fait un premier jet: la pause s'impose. Je me dirige vers la cuisine. Mais elle est déjà occupée. Par une personne qui détient ce que j'espérais pouvoir gouter aujourd'hui. Et qui s'exprime... bizarrement. Je ne remarque pas de suite qu'elle est plutôt jolie, car je suis encore dans mon truc: peinture, proportions, perspectives...

D'un signe de la main, je décline gentiment l'invitation à manger de la glace. Je ne sais pas ce qu'elle y a ajouter, mais... Un de mes sourcils s'arque, en j'affiche un petit sourire en coin, car je commence à comprendre...

- Pour qu'il y ait autant de chocolat, cela oit être une très grosse déprime que tu te fais, là...

Oui, un peu d'humour ne fait de mal à personne. Surtout qu'elle a l'air quand même de ne pas se sentir très à l'aise. Peut-être je la dérange? Ou bien attendait-elle quelqu'un? Qu'est-ce que je fais? Je m'éclipse?
Je lève mon pouce indiquant ainsi la sortie, et j'ajoute:

- Si je gène, je peux te laisser en compagnie du pot de glace?


A la Confrérie, j'étais un confident. Les nouvelles recrues venaient me parler car j'étais en général celui qui les accueillait leur premier jour. Ici, c'est très différent. Je ne suis pas à ma place selon certains. J'aurai dû rester auprès de Magnéto. Je passe de s journées entières sans parler à qui que ce soit. De temps en temps, on me salue dans le couloir. Mais rien de plus. Et j'avoue que papoter me manque un peu.




[HRP: désolé pour la réponse un peu courte. Mais promis, la prochaine: je déchire tout!]


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mer 6 Juil 2011 - 20:39

Pas un mot, pas un clignement d'yeux. Seulement ce geste impérieux qui décline la soupe de chocolat crêmeux.

*Gagné! Tu l'as dégoûté avec tes mélanges de boulimique!* pensa Pam. *Hay mais... non, il sourit!*

Pam sentit alors de petits papillons s'envoler de son bas-ventre vers sa poitrine. Il lui souriait!

*Rah, mon Dieu qu'il est encore plus beau quand il sourit! Il ouvre la bouche... Il va me parler!*

- Pour qu'il y ait autant de chocolat, cela doit être une très grosse déprime que tu te fais, là...

Toute entière à sa contemplation, Pam ne réagit pas à sa première phrase.

*Dents droites et blanches, une voix... ah cette voix! Elle en ferait frissonner plus d'une... Et puis... Oh, il a une boucle d'oreille! Non deux boucles d'oreilles... Il serait mieux sans... Faudra tenter de changer ça si jamais... Allons Pam! Ne rêve pas! Un canon pareil est casé à coup sûr! Ou peut-être même pire... peut-être qu'il est gay? Oh non, ce serait un tel gâchis, une si bonne viande...*

Si elle ne s'était pas retenue, Pam en aurait baver ou roucouler de plaisir. Le visage posé dans le creux de sa main, la tête légèrement penchée et le visage candide, elle resta là, muette d'admiration. Le colosse leva alors son pouce en direction de la porte.

- Si je gène, je peux te laisser en compagnie du pot de glace?

Une sirène et un girophare rouge retentirent dans la tête de Pam.

*Mais fais quelque chose, bécasse! Il va se tailler! Facile à dire, que veux-tu que je dise ou fasse pour pas avoir l'air conne. Je suis habillée comme un sac et je viens de briser un mythe de la féminité avec ma drogue chocolatée!*

Avec un petit geste des épaules pour se ressaisir elle répondit :

- Non non, au contraire. Ca me ferait plaisir d'avoir un peu de compagnie.

*La phrase est à revoir, ça fait un peu tapineuse... Mais t'as pas bredouillé, c'est déjà ça!*

- Le moral n'est pas vraiment bon c'est vrai. Sinon je ne mangerais jamais cette mixture.

*Vas-y, enfonce-toi cretine! Présente lui au moins tes excuses!*


- Je suis désolée d'avoir prit toute la glace, c'était stupide et égoïste.

D'un geste qu'elle voulut discret, elle fit glisser son pull pour dénuder un peu plus son épaule, passa la main dans ses cheveux pour les dénouer et remonta une jambe contre son torse dans une attitude plus gracieuse. Elle l'écouta lui répondre avec un soupir d'aise. Elle aurait voulu que ce moment ne prenne jamais fin... sauf pour aller plus loin dans le raisonnement!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Jeu 7 Juil 2011 - 16:24

La situation est quelque peu cocasse. La demoiselle qui se tient devant semble vraiment désolée de s'être accaparé tout le pot de glace au chocolat. Il n'y a pas mort d'homme, pas la peine d'aller jusqu'à s'excuser. Puis dans une école où des dizaines d’élèves cohabitent, il se peut que ce genre de situation arrive, non?

- T'en fais pas pour ça. S'il y avait "urgence-déprime", tu as bien fait de te plonger dedans...

C'était cliché et mignon à la fois. Je réagis à cela avec un sourire amical en coin. Cliché, car noyé sa déprime dans la mal-bouffe, nous avons tous vu cela dans des séries à l'eau de rose, dans des téléfilms où l'héroïne pense que tout espoir est perdu, et qu'elle va pouvoir s’empiffrer jusqu'à la fin de ces jours car plus personne ne voudra jamais d'elle.
Mignon, je ne saurai dire pourquoi... Mais on ne peut apporter des explications pour tout.

La nature fut bien clémente avec moi. Elle m'a doté de bien des dons. Le plus spectaculaire étant bien évidemment mon pouvoir mutant. Cette faculté que j'ai de me changer en une armure vivante quasiment invulnérable est certainement la chose la plus incroyable que je puisse faire. Je suis aussi adroit de mes mains, une autre petite particularité que j'ai. Je peux peindre, sculpter, éventuellement cuisiner quand je m'applique. Mais n'importe quelle bataille remportée grâce à mes pouvoirs, ou aucune de mes toiles ne vaut le don que je chérie le plus: savoir d'instinct quand quelqu'un a besoin d'être écouté, et lui prêter ainsi mon oreille pour avoir quelqu'un avec qui parlé.

C'était manifestement le cas, là, maintenant. Je ne suis plus dans mon atelier, enfin, ma chambre. Et je commence à voir les choses autrement qu'en terme de "peinture-mélanges-proportions". Je remarque la tenue bien particulière que porte la jeune femme. Un pull si grand qu'il doit être à ma taille. Je ne commente pas cela, mais mon sourcil droit s'arque pour exprimer mon interrogation concernant cette tenue vestimentaire.

Je me dirige vers l'évier, à coté duquel est posé une panière de fruits. Tout en faisant cela, je me demande qui fournit la nourriture à l'école. Et qui s'occupe de maintenir la propreté dans un endroit fréquenté par des adolescents dotés de super-pouvoirs. Mais ce que je dis n'a rien à voir avec cela. Je reviens sur le fait qu'elle veut un peu de compagnie.

Tout en me lavant les mains pour tenter de faire partir un peu de peinture, j'entame une phrase.

- Hé bien, cela tombe parfaitement bien. Il faut vraiment que je fasse une pause.

Je tourne la tête vers elle, toujours en souriant. Je ferme le robinet, me sèche les mains puis me retourne, m'appuyant contre l'élément de cuisine. Puis j'observe un peu mieux la personne qui se tient devant moi. Après des années à trainer avec des malfrats, des soit-disant "terroristes", à effectuer des missions en sous-marin, on finit par développer un sens de l'observation bien malgré soi. Sa chevelure, ses mains, son regard... Tout cela m'était parfaitement inconnu. Je ne peux parler de la silhouette, car elle est trop bien camouflée sous le pull.

- Fraichement arrivée et tu as du mal à te faire à cette nouvelle vie qui s'offre à toi?

Pourquoi cette question? Parce que je passe le plus clair de mon temps à errer dans les couloirs, zyeutant avec attention les élèves qui les parcourent. Style vestimentaires, mutations physiques, couleurs de cheveux, tailles, gabarits... J'ai suffisamment de temps libre et de mémoire pour me faire une sorte de trombinoscope mental. Et je suis quasiment certain que je n'ai jamais vu cette jeune femme. Sinon, je m'en souviendrai.

Je saisis une pomme dans la panière de fruit, et la rince. Je regarde à nouveau dans la direction de mon interlocutrice et prend la parole encore une fois.

- En fait, je te remercie d'avoir pris toute la glace... Cela m'évite ainsi d'être tenté par cette création du diable qu'est la glace au chocolat. Un rire franc, qui a pour but de mettre en confiance la gourmande se fait entendre. Je tape par la suite quelques fois sur mon abdomen. Puis il serait dommage d'avoir quelques formes disgracieuses juste avant l'arrivée des beaux jours, non? De l'humour ne devrait pas faire de mal ici, n'est-ce pas?

Je croise les bras sur ma poitrine, ne lâchant pas pour autant la pomme que je tenais. Affichant un tout petit sourire en coin, ce dernier indiquée à la demoiselle de se lancer dans la discussion qu'elle voulait, que j'étais prêt à l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Jeu 7 Juil 2011 - 21:05

- T'en fais pas pour ça. S'il y avait "urgence-déprime", tu as bien fait de te plonger dedans...

* Han, quel mec! Une bénédiction pour s'empifrer, que rêver de mieux?*

Pamela eut un petit ricanement idiot.

* Arrête ma vieille, il va franchement te prendre pour une débile!*

L'inconnu se dirigea vers l'évier où il entreprit méthodiquement de laver ses mains. Pam regardait chaque muscle de ses bras saillir sous les mouvements de friction.

* Wooow, quelle musculature! on en mangerait sur une tartine! Mais calme toi ma vieille! Tu en parles comme d'un vulgaire morceau de viande! Il est peut-être intelligent en plus! Allons bon! Beau et intelligent, tu rêves!*

- Hé bien, cela tombe parfaitement bien. Il faut vraiment que je fasse une pause.

Une bombe rempli de confetti explosa dans la poitrine de Pam.

*OUAIIIIIIS! Il reste avec moi! Moi toute seule!*

Elle garda contenance, toujours souriante.

- Oui, parfois on atteint le point de non retour. Le Burn-out qui empêche d'encore créer quelque chose de convenable. Il faut se changer les idées alors.

*Genre c'est toi qui va lui apprendre ça! Mais tais-toi donc!*

Avec un oeil coquin envers le pot de glace, il enchaîna :

- Fraichement arrivée et tu as du mal à te faire à cette nouvelle vie qui s'offre à toi?

Pam eut un petit sourire triste.

- Pas exactement. Je serais capable de devenir copine avec un poisson rouge si je voulais. En fait j'ai pas de problèmes d'adaptation. C'est juste que pour ma première sortie, j'ai été agressée par un mutant psychopate tatoué comme un maoris et avec des griffes au bout des bras.

Pam se tut un instant et sentit un frisson parcourir le long de son dos.

- Depuis je suis un peu en état de choc. Je n'ose plus mettre un pied en dehors de l'institut.

Pam baissa la tête et resta silencieuse. Visiblement embarassé, l'inconnu tenta une diversion.

- En fait, je te remercie d'avoir pris toute la glace... Cela m'évite ainsi d'être tenté par cette création du diable qu'est la glace au chocolat.

Il partit d'un rire sonore qui fit fondre Pamela.

* Raaaah! Un mec pareil ne devrait pas exister!*

Il reprit la parole.

- Puis il serait dommage d'avoir quelques formes disgracieuses juste avant l'arrivée des beaux jours, non?

Il tapotta ses abdos qui émirent un son ferme et plein.

*Je tuerais pour le voir sans son T-shirt!* pensa Pam. * Ca doit valoir de l'or!*

Pam se rendit compte alors qu'il lui manquait quelque chose d'essentiel : un nom à mettre sur ce délicieux visage. Elle prit le partit de prendre les devants. Elle rigola, renifla légèrement, frottal la larme qui perlait au coin de son oeil droit pui lui adressa le plus beau de ses sourires.

- Je m'apelle Pamela.

*Voilà ma grande! Ca c'est tout bon!*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Lun 11 Juil 2011 - 18:00

*Pamela?* pensais-je, en haussan tmon sourcil droit. Mon regard se porta sur le plafon de la salle que nous occupions. Tout en faisant cela, je me mordillais la lèvre inférieur. Pourquoi cela? Parce que j'étais en pleine réfléction!

Je décroisai mes bras, et les posai sur l'élément sur lequel j'étais déjà appuyé, ce qui eut pour résultat de faire pencher mon buste en avant. Le cheminement de ma pensée me conduisit à ce que je recherchais, ce à quoi je liais ce prénom. Absolument pas à une Playmate à la poitrine refaite, celèbre pour ses couvertures de magazines, ses frasques avec son ex-mari batteur du groupe Mötley Crüe, non, non...

C'était une chanson. Une chanson du groupe Toto! Et je parvenai enfin à me remettre les paroles et la mélodie en tête! D'ailleurs, alors que mes yeux se posaient à nouveau sur le visage de mon interlocutrice, qui me semblait de plus en plus agréable à regarder, je fis un sourire en coin, et attaqua en fredonnant:

- Pamela, Don't Break this Heat of mine. Jsut remember it may no heal this time...
Je chantonne un peu faux, c'est incontestable. Et probablement ne connait-elle pas cette chanson... ELle a l'air plutôt jeune... Je marche par la suite vers elle, me présentant à mon tour, c'est la moindre des choses.

- Piotr. Mais on me nomme Peter. J'ajoute un sourire, car je vais maintenant aborder la partie bien moins agréable de la discussion.

J'ai toujours la pomme dans ma main, et je saisis une chaise pour aller m'asseoir auprès de... Pamela, donc.

Mon visage se ferme un peu. Car abordé une agression, ce n'est pas comme se présenter, plaisanter... Flirter?

- Agressée tu dis?
Je ne veux pas spécialement de détail, mais sa description e trouble. J'ai croisé il y a peu un mutant répondant parfaitement à la description qu'elle vient de faire. Et je l'ai même invité à venir ici. Mieux vaut ne pas partager cette information avec elle. Mon air grave se change en compassion visible dans ma posture, ma voix, mon regard...

Peut-être me suis-je montré trop brusque, et risque-t-elle alors de se refermer sur elle-même? Bien que, jusqu'à maintenant, elle ne m'a pas quitté des yeux une seconde depuis mon entrée dans cette pièce... Je dois avoir de la peinture sur la figure...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Lun 11 Juil 2011 - 19:23

Les paroles de la chanson résonnèrent aux oreilles de Pamela comme un signe du destin. Elle se revit petite fille, le front brulant de fièvre, bercée doucement par son papa en tenant au bout de son bras ballant son lapin en peluche. Elle entendit résonner à ses oreilles la voix chaude de son père qui la lui chantait plus lentement et plus doucement, comme une berçeuse. Elle se rappela sa mère qui lui racontait à quel point son père aimait cette chanson et comment il avait décidé que sa première fille s'apellerait Pamela, un prénom qu'il n'avait put donné à ses jumeaux pour la simple raison qu'ils étaient nés garçons.

Elle cessa de regarder le colosse avec des yeux de collégienne gourmande pour le considérer à travers des yeux de femme. C'était la première fois qu'elle regardait un homme comme une vraie femme. Cela ne fit que renforcer l'effet que l'Hercule inconnu avait sur elle. Elle sentit que la dernière parcelle de gaminerie venait de quitter son esprit au moment où il entama le refrain. Pam en était amoureuse et amoureuse pour la première fois en tant que femme. Elle s'entendit répondre d'une voix plus ferme et aussi étrangement plus douce et chaude.


- Je m'apelle Pamela grâce à cette chanson.

Le géant sembla saisir la sensibilité de la situation. Il se leva, s'approcha de Pam et se présenta avec un sourire.

- Piotr. Mais on me nomme Peter.

Le sourire de celui qui désormais portait un nom, grava en lettre de feu les cinq lettres P,E,T,E,R sur la chaire fraiche du coeur de Pamela. Pour Pam, répondre un simple "enchantée" fut comme refermer un coffre-fort sur ce nom tatoué et lui en offrir la clef. Pamela baissa les yeux et frisonna lorsqu'il approcha une chaise pour s'asseoir tout près d'elle. La glace n'était plus qu'une immonde crème liquide, son coeur battait la chamade, le temps filait trop vite et s'éternisait à la fois. Ce fut Peter, puisqu'il aimait à se faire appeler ainsi, qui brisa le charme le premier.

- Agressée tu dis?

Pamela releva la tête et se mit à raconter, naturellement, paisiblement. Chaque mot qui sortait de sa bouche lui faisait un bien fou.

- C'était il a plus d'une semaine maintenant. Je venais d'arriver à l'Institut la veille. J'avais le cafard et je n'avais pas le courage de passer une soirée seule au milieu de cartons à moitié défaits. J'ai pris mes affaires et je suis sortie. Je suis allée au cinéma. Le film était un navet. Une comédie romantique qui ne m'avait pas franchement fait du bien au moral. Je venais de rater le dernier bus et je voulais prendre un taxi pour rentrer. En faisant un grand signe à un taxi qui venait de tourner le coin de la rue, ma main a heurté le visage d'un type bizarre qui a déboulé de je ne sais où. J'étais sur le point de m'excuser quand il a commencé à m'insulter. Au début j'ai rétorqué mais après, il est devenu fou de colère.

Pam sentit alors un sentiment d'angoisse lui monter à la gorge, une boule s'y former et ses yeux se brouiller de larmes.

- Il... m'a frappée à la tête en jurant qu'il allait me tuer!

Ses larmes éclatèrent. Sans même s'en rendre compte, elle vint se nicher au creux du bras musclé de Peter. Elle mêla ses larmes à la peinture fraîche qui tâchait le haut de son débardeur. Elle continua à sangloter, sentant que chaque mot exorcisait sa peur, que c'était une délivrance.

- J'ai eu si peur... J'ai couru, couru et puis... en voyant un trou de souris derrière un kiosque à Journaux j'ai utilisé mon pouvoir et je m'y suis réfugiée. Je croyais que j'étais tirée d'affaire mais alors il a sorti ses sortes de griffes terrifiantes et a découper le kiosque comme une boite de sardine!

Elle allait raconter les curieuses questions de l'inconnu quand elle se ravisa au dernier moment. Cela ne devait probablement pas le concerner. Il valait mieux réserver ses inquiétudes pour le professeur Xavier. Elle se contenta de conclure en disant :

- Je n'ai eu la vie sauve que parce que je me suis transformée en une boue visqueuse et que j'ai plongé dans les égouts.

*La conclusion n'a franchement rien de romantique...*

Pam chassa sa petite voix intérieur d'un geste de tête nerveux. Elle n'avait qu'à se taire. Elle se rendit alors compte qu'elle se trouvait au creux des bras de Peter. Elle fut tiraillée entre l'envie d'y rester et sauver les apparences en se redressant et en réintégrant sa chaise mais la force de ses bras, la douceur de sa peau et l'odeur si enivrante du dissolvant, de la peinture et d'une légère transpiration achevèrent de retenir Pam tout contre ses muscles saillants. Avec un soupir d'aise, elle se dit que si elle ne le lâchait pas en premier, elle perdrait définitivement la face. Mais dieu que ce moment était délicieux. Après avoir repiré une dernière fois son odeur si prenante, elle commença à s'extirper doucement de ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mar 12 Juil 2011 - 12:52

J'écoutais avec attention le récit de Pamela. Qui me surprit en me révélant l'origine de son prénom. La réaction qu'elle me décrit chez l'homme qui s'en est prit à elle... Cela colle parfaitement avec l'être que j'ai rencontré au restaurant il y a de ça plusieurs soirs.
Il est difficile de croire qu'il y a peu, j'étais un Acolyte, prêt à asservir le monde pour que mes sœurs et frères mutants puissent occuper la place qu'ils méritent, tout en haut de la chaine de l'évolution. Pourquoi? Parce que maintenant, je condamne toute forme de violence, et parviens tant bien que mal à réfréner ma colère. Même quand il s'agit d'un aussi vil individu que ce mutant tatoué.

Je fus pris de court, extirper de mon écoute silencieuse par une invasion de mon espace vitale. Je n'avais pas encore croquer dans la pomme que j'étais allé chercher, elle était encore là, sur la table. De toute manière, la faim m'est passée, donc laissons cela de coté.

Pamela est blottie contre moi, laissant couler ses larmes. Au début, je suis plutôt crispé. En effet, dans la Confrérie, on ne se laisse pas aller de la sorte. Les nouvelles recrues avaient plus pour habitude de m'envoyer paitre, de me cracher du feu dessus, de me coller du chewing-gum dans les cheveux... Rien de comparable avec ce que je vis en ce moment.

Je retiens mon souffle, ce qui gonfle ma poitrine durant quelques instants... Puis je parviens à me détendre, à expirer, et j'exerce une étreinte amicale, ni trop brusque, ni trop molle, afin que Pamela puisse se rendre compte de mon soutien. En faisant cela, je parviens même à "voir" la silhouette de la jeune femme, qui m'était jusqu'alors impossible de distinguer sous ce gros pull. Quelqu'un de svelte, fragile... Qui ne mérite pas de se faire agresser comme ce fut le cas.

Je la sens s'éloigner, vouloir se dégager de moi. Je la laisse faire, il ne faut pas la forcer, la brusquer, la contrarier. Je sors un mouchoir en papier de ma poche arrière. Enfin... Après m'être mis debout, car le paquet de Kleenex était vraiment tout serré dans ma poche. Je lui tends donc un mouchoir, tentant de la convaincre avec un sourire:

- Tu es en vie. C'est tout ce qui compte.

Oui... C'est le plus important. Mais Magnéto relèverait le fait que c'est à cause de la société menée par les Sapiens que les Homo Superior se montent les uns contre les autres... Je retire le pot de glace fondue des mains de Pamela pour le mettre à la poubelle. Je lui fais un petit clin d’œil avant de m'éloigner.

- Tu n'as plus besoin de ça...

Si elle est condamnée à rester entre ces murs quelques temps par peur d'être victime d'une nouvelle agression, autant qu'elle se sente bien ici. Moi-même ne sort pas souvent. Même si je dois avouer que mes sorties valent le détour à chaque fois... Je me retourne vers elle, mains sur les hanches, la tête légèrement penchée sur le coté. Je la regarde de haut en bas, prenant une grande inspiration.

- Quelqu'un d'autre est au courant ici? Une amie? Une camarade de chambre? Un professeur? Un dirigeant?

Rha, je ne suis pas encore professeur... Mais qui sait, bientôt peut-être!
Je revins me placer non-loin d'elle, mais je reste debout et enfonce mes mains dans les poches arrières de mon jean's.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mar 12 Juil 2011 - 14:24

Pamela renifla péniblement. Comme par miracle, un mouchoir apparut devant ses yeux. Bon d'accord, il ne s'agissait que d'un bout de papier blanc mais l'intention y était.

- Tu es en vie. C'est tout ce qui compte.

Peter se montrait doux et prévenant. Elle aimait ça.La main douce mais ferme qu'il avait serrée autour de sa taille lui avait communiqué de sa chaleur. Le morlal remontait. Avec un faible sourire, elle attrapa le petit mouchoir et s'y moucha. Elle passa les coins secs sur ses yeux.

*Dieu merci, je n'étais pas maquillée aujourd'hui! Avec tout ce que j'ai pleuré, j'aurais ressemblé à un vieux clown triste.*

- Oh, je ne crois pas qu'il aurait pu me tuer. Je ne sais pas comment l'expliquer mais j'étais sous l'emprise d'une sorte de sixième sens qui a fait réagir mon pouvoir pour épargner ma vie. Une sorte de réflèxe d'auto-défense. Ce qui est difficile pour moi c'est de me faire à l'idée que cette violence est le quotidien de certaines personnes et que j'en rencontrerai encore dans ma vie de mutante.

Comme pour acquiesser, Peter éloigna la crème glacée et conclut :

- Tu n'as plus besoin de ça...

*Non, maintenant je t'ai toi* pensa Pamela avec un petit sourire.

Peter s'inquieta des suites de cette affaire.

- Quelqu'un d'autre est au courant ici? Une amie? Une camarade de chambre? Un professeur? Un dirigeant?

* Oh comme c'est chou. Il s'inquiète pour moi!*

- Lorsque je suis rentrée après mon agression, Alice m'a trouvée sur la terasse. Je lui ai raconté ce qui s'était passé. Elle m'a emmené à l'infirmerie. Jean est venue me soigner puis elle m'a conseillé de voir le professeur Xavier pour en parler. J'ai rendez-vous avec lui demain. Je crois que je vais lui demander d'intégrer les équipes d'entraînement de l'Institut. Je veux pouvoir être capable de mieux me défendre si jamais je suis encore confrontée à ce genre d'individus. Mais à par Alice, Jean et maintenant toi, personne n'est au courant.

Après un petit silence où elle ne sut plus quoi dire, Pam se décida à laisser Peter retourner à sa peinture. Elle se leva, tira un peu sur son énorme pull pour le faire descendre sous sa chute de reins et sourit à Peter.

- Merci beaucoup de m'avoir écoutée. Ca m'a fait un bien fou de pouvoir parler à quelqu'un. Je vais te laisser continuer ta peinture. Qui sait, peut-être voudra-tu bien me la montrer un de ces jours? J'aime beaucoup regarder des tableaux.

Elle lui tendit une main franche et spontanée. Même si elle devait bien avouer que ce n'était pas comme ça qu'elle aurait préféré lui dire au revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mer 13 Juil 2011 - 20:56

Vraisemblablement, des personnes savaient déjà pour ce qui lui est arrivé. Tant mieux. Car avec mon statu de simple résident, je ne sais pas ce que j'aurai pu ou dû faire de ces informations qu'elle vient de me donner.

Elle se lève, m'indiquant que cette discussion lui a fait du bien.

- Tu es sûre que ça va aller?

Elle avait l'air d'aller mieux, vraiment. Mais des fois, ce n'est qu'une façade et... Enfin bref, je crus remarquer un petit sourire en coin. Peut-être alors se sentait-elle vraiment mieux.

Je me rapprochai de la main tendue vers moi, et la saisis, fermement, mais avec douceur.

- Tu es la bienvenue. Tu peux venir me trouver à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Dans l'atelier, dans ma chambre, me faire appeler... N'hésite pas, promis?

Puis je dépose un tout petit bisou sur son front, suivi d'un clin d'œil. Il faut qu'elle se sente bien ici. C'est le refuge parfait pour les gens comme nous. Il n'y a donc pas de raisons de se sentir mal...

- T'es en sécurité ici...


Et je lâche sa main. Je remarque alors sur mon t-shirt une trace de peinture verte. Je n'y suis vraiment pas aller de main morte. Si je laisse trainer ça, cela ne partira plus.

- Il faut que je m'occupe de ça... Si plus tard dans la journée tu veux faire un truc... Je coupe ma phrase, retirant mon t-shirt. ... N'hésite pas à venir me voir. Et voila que je prends la direction de la sortie. Faut que j'aille à la buanderie...

Peut-être a-t-elle quelque chose à ajouter. Je marque alors une pause sur le seuil de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mer 13 Juil 2011 - 21:47

Peter posa sa grande main légèrement calleuse dans celle de Pam et la recouvrit de ses doigts. Elle eut un petit frisson et un sourire en voyant sa main si menue dans celle si grande de son nouvel ... ami puisqu'il ne s'agissait encore que d'amitier.

- Tu es sûre que ça va aller?

Pam eut un chaud sourire.

- Oui. Honnêtement.

- Tu es la bienvenue. Tu peux venir me trouver à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Dans l'atelier, dans ma chambre, me faire appeler... N'hésite pas, promis?

* Oulala, on dirait que tu as au moins suscité son intérêt ma chérie! C'est tout bon!*

- Je n'y manquerais pas, se contenta-t-elle de répondre.

Puis se rendant compte de la stupidité et de l'inconvenance de sa réponse, elle bredouilla :

- Enfin, j'essayerai de ne pas te déranger pour des futilités. Et puis si jamais toi aussi tu as besoin de me dire quelque chose, je ne serai pas très loin non plus.

Mais alors Peter l'attira vers elle. Le coeur de Pam manqua un battement tandis que le rouge lui montait aux joues. Son sourire disparut sous le coup de la surprise. Peter déposa sur son front un tendre baisé qui pâma Pam de plaisir. Avec un soupir qui trahit sa délectation, elle ferma les yeux. Elle sentit une force irrésistible décoller ses talons du sol et commencer à pencher la tête pour tendre ses douces lèvres vers celles plus fines de son colosse. Mais un sursaut de pudeur et de timidité l'en empêcha. Elle retomba un peu lourdement sur ses pieds.

* De toute façon, il faudrait encore que tu te mettes debout sur un casier de bière pour être à la taille de son visage!*

Un peu confuse, elle appuya sa main légèrement tremblante sur le torse de Peter. Celui-ci interpréta heureusement le geste de tendresse de Pam pour autre chose. Regardant le doigt de la jeune fille qui s'était arrêté juste sous une tache de peinture verte, il marmonna :

- Il faut que je m'occupe de ça...

Il se détourne de Pam en disant :

- Si plus tard dans la journée tu veux faire un truc...

Mais le reste de la phrase resta en suspend. Il venait d'enlever son T-shirt pour aller diluer la peinture sous l'eau du robinet. Un bruit de bombe larguée résonna dans la tête de Pamela.

*Fwiiiiiiiiiiiiii... BAOUM!!! Oh quelle tuerie! Regardez-moi ces plaquettes de chocolat! Pas un gramme de graisse! On se traînerait par terre pour moins que ça!*

Elle sentit une petite sensation de chaleur la chatouiller... sous le nombril. Confuse de cette réaction quasi érotique, Pam ne se rendit même pas compte que, sans avoir l'ai r d'y toucher, Peter venait de lui lancer une invitation qu'elle aurait le loisir de compléter selon son goût. Elle n'entendit qu'à peine la fin de la phrase.

- ... N'hésite pas à venir me voir.

- Euh... Rheum... Oui... Pourquoi pas... C'est une bonne idée.

Avec un sourire, Peter regarda son débardeur d'un oeil critique. La tâche était passée d'un petit point vert feuille à une grande auréole vert pastel. Avec une petit grimace, il conclut :

- Faut que j'aille à la buanderie...

Mais avant qu'il passe la porte, un élan, un réflèxe, un cri pour le retenir encore un peu près d'elle la poussa en avant.

-Peter attends!

Il se retourna avec un petit sourire et un sourcil arqué légèrement étonné.

- Je sais ce que tu peux faire pour moi.

Baissant la tête et piquant un fard, elle débala, la délicieuse petite idée qui lui était passée par la tête.

- Ca va bientôt faire quatre jour que je n'ai pas mis un pied hors de l'Institut. C'est très bête à dire mais j'ai l'impression que je n'aurais pas peur si tu étais avec moi.

Elle se tortilla les mains et proposa :

- Tu voudrais qu'on tente une sortie un de ces quatre?

Elle se traita mentalement d'idiote au moment ou la question passa ses lèvres.

* Quelle bécasse! C'est quoi cette expression de militaire? "Tenter une sortie"! La bonne blague! Vous me ferez 4 jours! Chef! Oui CHEF!*

Elle attendit la réponse de Peter avec une impatience très difficile à masquer.

*Et si il disait non?* pensa Pam avec angoisse. *Mais pourquoi il refuserait? C'est lui qui a voulu te revoir le premier je te signale. Et puis, tu n'as fait que remplir les pointillés de son invitations!*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Ven 15 Juil 2011 - 8:55

Tant bien que mal, je tente de plier mon t-shirt. Puis je me rends compte que sans appui, ce vêtement sans manche est une plaie à plier! Cela finit donc en boule, dans ma main droite. Dans un même temps alors que je passe négligemment ma main gauche dans les cheveux, tentant ainsi de recoiffer ma tignasse noire, je me retourne vers Pamela.

Ma main descend le long de ma tempe et je finis par titiller ma boucle d'oreille, réfléchissant à la proposition de la demoiselle. En fait, je ne réfléchis pas beaucoup, car c'est moi-même qui lui avait parlé d'une possible sortie. Il est important qu'elle se sente en sécurité ici. Mais il faut aussi qu'elle retourne à l'extérieur pour vivre une vie complète, faite de sorties, d'expériences...

Un sourire s'affiche sur mon visage. Franc, enjoué. Car ce n'est pas moi qui la force à remettre le nez dehors, c'est de son propre chef qu'elle aborde ce sujet. Plaçant mon t-shirt sous mon bras, je réponds donc:

- Où tu veux, quand tu veux. Je suis tout à fait disponible.

Ce qui n'est pas faux. Jusqu'à ce que je prenne mes fonctions au sein de l'école, j'ai plus de temps libre que quiconque. Toujours dans l'encadrement de la porte, je penche ma tête dans le couloir et remarque des élèves qui arrivent.

Secouant mon t-shirt, je fais un petit clin d'œil à Pamela.

"Je vais remettre ça... Je ne voudrai pas choquer certaines personnes ici." Et je joins le geste à la parole. Le tissu est un peu humide, et la tache s'est étalée. Mais rien de bien insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Ven 15 Juil 2011 - 20:04

- Où tu veux, quand tu veux. Je suis tout à fait disponible.

Après une réponse aussi parfaite, le coeur de Pam se mit à gazouiller. Son moi intérieur lui aurait bien dit "Resto chic, style chandelles et violon ce soir même!" mais les sentiments de Pam auraient été trop flagrants pour proposer un cliché aussi fort aussi vite.

*Il faut proposer un truc qui lui ferait plaisir à lui. Il doit prendre plaisir à sortir avec toi DONC! Pas de truc de filles ni de situations tendancieuses. On oublie donc : resto, cinéma, fête foraine et autres clichés de films!*

Pam se mordit la lèvre, légèrement ennuyée. Elle se rendit alors compte que sans connaître les goûts de Peter, il était très difficile de lui proposer une activité qui lui plairait. La seule chose qu'elle savait, c'est qu'il aimait la peinture, donc très probablement de nombreuses autres formes d'art.

*Ouais bon, je nous vois mal l'emmener au MET pour un premier rancard déguisé. T'es nule en arts... Qu'est-ce qu'il doit aimer? ... Très certainement le sport, pour avoir un corps pareil. Peut-être un match de foot ou de baseball? Nan! Mauvaise idée! Il va regarder le terrain et toi, tu vas te faire chier toute la soirée. En plus t'y connais rien...*

C'était à s'arracher les cheveux. Peter, distrait par l'arrivée d'une demi douzaine d'élèves ne se rendit pas compte du temps que Pam mettait à répondre. Ce n'est que lorsqu'il lui fit un clin d'oeil et une boutade qu'elle se rendit compte de l'urgence de la situation.

*Y a du monde qui se radine alors tu te grouilles de trouver un truc et vite!*

Soudain une idée lumineuse traversa la tête de Pamela. Soulagée, elle répondit à Peter :

- Je ne sais pas toi mais moi j'adore le billard. Si demain soir te vas, on pourrait descendre en villa et aller faire quelques parties...

Il y avait bien un billard dans la salle de détente mais personne n'y jouait car les boules avaient trop tendance à voler, brûler ou geler... Et puis, les disputes fusaient beaucoup lorsque des télékinésistes disputaient des parties. Il y en avait toujours un pour accuser les bons joueurs d'avoir utilisé leur don. De plus Pam n'avait pas envie de se doner en spectacle devant les autres élèves. Il y en aurait d'office un pour les déranger ou pire, les charier!

*Bien joué ma vieille! Mais juste un détail... On connait pas de salle de billard en ville... Je sais pas si tu te rapelle mais y a même pas deux semaines qu'on a débarqué!*

Pam chassa son inquiétude d'un mouvement de tête. Il suffirait de demander aux autres.

*Et risquer qu'il y en ai un qui s'incruste pour tenir la chandelle? On cherchera ça sur internet et puis c'est tout!*

Pam attendit la réponse de Peter avec un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Mar 19 Juil 2011 - 13:17

Je suis ravi de voir qu'elle ne souhaite plus rester cloitrer entre quatre murs! Et cette satisfaction s'affiche sur mon visage, traduite ici par un large sourire, alors que je plonge mes mains dans les poches arrières de mon jean.

- Parfait! Si jamais tu veux que des amies à toi nous accompagnent... Tu te sentiras aussi peut-être plus à l'aise.

Oui, pour moi, être entouré de proches peut aussi être une bonne chose pour la décoincer, l'aider à se sentir bien n'importe où et ne plus avoir peur de se faire agresser par le premier malade venu.

Je regarde ma tenue. Je suis vraiment dans un état pas franchement joli à voir. Entre mon jean, qui est quelque peu abimé aux genoux, et mon t-shirt blanc et sa superbe tâche verte. Vraiment, je pense qu'aucun bar ne m'accepterait accoutré de la sorte. Et quand je vois mon reflet dans la glace du couloir, et cette coupe de cheveux dans un parfait style "j'ai dormi dans un pneu", bah... Je me mets à rire.

Puis en observant plus attentivement la tenue de Pamela, je ne peux dire qu'une chose:

- Nous sommes parfaitement assortis! Entre toi et moi, y a pas de doute, nous sommes à l'avant-garde des prochaines tendances! Il faudra s'habiller mieux que ça demain soir si l'on veut pouvoir entrer dans un établissement pour jouer au billard...


Mon humour est un peu lourd et maladroit. Et certains penseront peut-être que vanner une demoiselle qui était en déprime il y a tout juste dix minutes n'est pas une chose à faire. Mais selon moi, il faut qu'elle prenne conscience que... Ce n'est pas parce qu'elle aurait pu mourir qu'elle doit s'arrêter de vivre. Attention, il ne faut rien brusquer, mais l’auto-dérision, les petites piques que l'on s'envoie entre amis... Cela fait partie de la vie, et personne n'y échappe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Jeu 21 Juil 2011 - 11:06

- Parfait!

Cette réponse fit pousser au coeur de Pam un grand cri intérieur :

*YEAH! Tu gères ma fille!*

Peter continua :

- Si jamais tu veux que des amies à toi nous accompagnent... Tu te sentiras aussi peut-être plus à l'aise.

Un petit signal d'alarme se déclencha dans la tête de Pam.

*Tu ris? Pour que quelqu'un vienne nous tenir la chandelle, il faudrait me passer sur le corps!*

- Oh, pour le moment, je n'ai vraiment fait connaissance qu'avec Alice.

Pam mentit alors effrontément.

- Et comme elle n'a que 16 ans, son couvre-feu est à 22h. Ca serait bête de devoir quitter le billard à à peine 21h, non?

*Faudra que je prévienne Alice que pour Peter, elle a 16ans... Bon dieu, dans quel pétrin tu es encore en train de te fourrer Pam?!*

Elle conclut avec un sourire enjôleur.

- Et puis c'est plutôt difficile de jouer au billard à trois.

Peter partit d'un rire puis regarda leurs accoutrements respectifs.

- Nous sommes parfaitement assortis! Entre toi et moi, y a pas de doute, nous sommes à l'avant-garde des prochaines tendances! Il faudra s'habiller mieux que ça demain soir si l'on veut pouvoir entrer dans un établissement pour jouer au billard...

*Un mec qui fait de l'humour sur la mode... C'est un peu con mais très mignon*

Pam eut un large sourire en se dirigeant vers la porte de la cuisine. Il était temps de tirer sa révérence en beauté.

- Rassure-toi, je mets au moins un pantalon pour sortir.

Elle retira ensuite son énorme pull, dévoilant ses formes charmantes emprisonnées dans un body moulant qui disparaissait dans son legging. Avec un clin d'oeil, elle mit le pull sur son bras.

- Et puis je mets mes propres pulls.

Elle se plaça dans l'encadrure de la porte avant de lançer son ultime question.

- On se retrouve dans le hall? Disons, à 20h, ça t'irait?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Lun 25 Juil 2011 - 14:23

L'entrain dont fait preuve Pamela fait plaisir à voir. Je me demande depuis combien de temps elle est ici pour ne pas encore connaître plus de monde. En ce qui me concerne, ce n'est pas forcément par choix que je ne discute pas avec grand monde. Mais bon, les gens m'évitent encore un peu pour le moment. Il faut que je me montre patient et que...

- 20h00?

Je suis tiré de ma réflexion par ce que je vois... Quand Pamela retire son pull; pas de tentacules, pas d'ailes de mouches, pas de seconde tête, rien de tout cela qui aurait pu justifier le port d'un vêtement aussi large. Rien, si ce n'est un corps... plus que bien fait, il faut le reconnaître.

- Parfait.

Quelque chose me "chagrine" un peu... Je ne sais pas si c'est une élève de l'école, une simple résidente... Peut-être que si les autres pontes du Manoir me voient sortir avec une fille en âge de suivre les futurs cours que je vais bientôt donner, je vais avoir des explications à donner. Ainsi, une sortie amicale, en tout bien tout honneur, deviendrait un bon prétexte pour montrer qu'un ancien Acolyte n'a pas sa place parmi eux. Il faut que je songe à faire quelque chose pour que la situation ne paraisse pas plus louche qu'elle ne l'est. Car elle ne l'est en rien!

- Si jamais des camarades veulent se joindre à nous, je leur indiquerai là où l'on va. Cela sera pour nous l'occasion de mieux connaître les autres élèves...

Si j'emmène un groupe de jeunes en balades, là, on me soufflera certainement moins dans les bronches...Qui plus est, si je parviens à en convaincre certains de suivre les quelques cours que je vais donner, ce ne sera pas du temps perdu.

Puis pour Pamela, je pense que sortir avec un groupe de potentiels futurs amis/camarades, c'est bien mieux que de se retrouver en tête à tête avec un homme de dix ans son ainé.

Je n'ai aucune idée de l'huere qu'il peut être, et une marrée humaine s'engouffre dans le couloir qui jouxte la cuisine. Il va falloir que je remonte le courant pour atteindre mon atelier. Je retourne prendre un fruit, en plus de celui que je n'ai même pas encore entamé.

- Je fais une réserve, cela m'évitera de perdre du temps sur la commande de Xavier.

Je fais un signe de la main à Pamela, et tente de m'imbriquer dans la déferlente... Mais ce n'est pas chose aisée. J'ajoute, histoire de bien conclure pour notre rendez-vous...

- Donc rendez-vous, demain, 20h dans le hall.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   Lun 25 Juil 2011 - 19:49

- Si jamais des camarades veulent se joindre à nous, je leur indiquerai là où l'on va. Cela sera pour nous l'occasion de mieux connaître les autres élèves...

*Chiotte!* pesta Pam dans son fort intérieur. *Il veut y aller en tout bien tout honneur...*

Elle eut une petite moue contrariée mais n'osa pas le reprendre de volée. Ses intentions auraient été trop flagrantes. De toute façon, la marée des élèves emportait déjà Peter loin d'elle. Avec un petit signe de la main, il lui lança timidement :

- Donc rendez-vous, demain, 20h dans le hall.

- Oui, à demain!

Déjà Peter avait disparu dans le couloir, pressé par les élèves sortant et entrants. Pam fuya alors ces gens bruyants que sur le coup, elle trouva puériles et braillards. Elle prit la direction de sa chambre, enfin contente d'y remettre les pieds.

*J'ai un blouson de cuir noir qui devrait faire fureur demain soir...* pensa-t-elle avec un demi sourire.

[FIN DU TOPIC]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)   

Revenir en haut Aller en bas
 
1L de crème glacée et un russe de 113kg... (PV Piotr)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men, le jeu de Rôle :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: